2016 aura été une belle année pour Wall Street

  • A
  • A
2016 aura été une belle année pour Wall Street
Si la dernière journée de l'année a été l'occasion de petits accès de faiblesse, Wall Street présente de très bons chiffres pour l'ensemble de 2016. Image d'illustration. @ EDUARDO MUNOZ ALVAREZ / AFP
Partagez sur :

Le Dow Jones a augmenté de 13,42% sur un an et le Nasdaq de 7,50%.

Wall Street a fait une très belle année 2016. L'indice vedette Dow Jones a en effet affiché sa plus belle performance depuis 2013 avec une hausse de 13,42% sur un an grâce notamment à l'optimisme suscité par l'élection de Donald Trump. Le Nasdaq, à dominante technologique, a lui progressé de 7,50% sur un an et le S&P 500, l'indice plus large et le plus suivi des professionnels, de 9,54%.

Les promesses de Trump. Cette année la Bourse de New York a connu un second souffle après l'élection le 8 novembre du républicain Donald Trump dans l'espoir d'une accélération de la croissance américaine grâce à ses promesses de baisses d'impôts, de dépenses d'infrastructures et de réduction des réglementations sur les entreprises notamment dans les secteurs de la finance et de l'énergie.

Faiblesse le dernier jour de 2016. En revanche vendredi, les trois principaux indices ont eu un petit accès de faiblesse. Le Dow Jones finit donc l'année juste en-dessous des 20.000 points à 19.762,60 points. Le Nasdaq termine pour sa part 2016 à 5.383,12 points et le S&P 500 à 2.238,83 points. "Les principaux indices se replient avec de faibles volumes pour le dernier jour de l'année", ont commenté les analystes de la banque Wells Fargo dans une note.

Des ajustements de portefeuilles. Comme la plupart des actifs qui ont progressé sur l'année, la Bourse de New York était victime vendredi de quelques prises de bénéfices. De nombreux investisseurs ont préféré rester sur la touche avant un week-end prolongé, la place new-yorkaise étant fermée lundi en remplacement du jour de l'an qui tombe cette année un dimanche. Une partie des mouvements de vendredi pouvaient s'expliquer par des ajustements de portefeuilles, traditionnels en fin d'année et qui pouvaient être plus marqués après la forte hausse des marchés ces deux derniers mois.