2009, année de perte pour la SNCF

  • A
  • A
2009, année de perte pour la SNCF
@ MAXPPP
Partagez sur :

La SNCF enregistre une perte d’environ un milliard d'euros qu’elle impute à une dépréciation d’actifs.

Les comptes de la SNCF ont déraillé en 2009. L’entreprise a annoncé mercredi une perte nette de 980 millions d'euros pour l’année précédente en raison d’un ralentissement des activités frêt et logistique, mais aussi parce que l’entreprise a dû réévaluer à la baisse ses actifs, pour se conformer aux nouvelles normes comptables internationales.

Sans appliquer ces nouvelles normes, la SNCF afficherait un résultat tout juste positif de 3 millions. Mais la tendance reste négative, puisque le groupe avait dégagé un bénéfice de 575 millions en 2008 et de 1,042 milliard en 2007.

Une année impactée par la crise

La direction du groupe attribue en grande partie la perte de 2009 à la crise, qui a fait chuter de 35% son bénéfice brut d’exploitation. La marge opérationnelle du groupe a ainsi reculé de 500 millions d’euros, pour s’établir à 1,688 milliard.

"2009 a été pour nous une annus horribilis avec un effondrement du transport de marchandises et un effondrement des trafics de voyageurs, certes beaucoup moins prononcé dans le ferroviaire que dans l'aérien. Néanmoins, il y a pour nous un arrêt de la croissance de TGV, et c'est une rupture historique", a indiqué un haut dirigeant du groupe.

La "cassure du modèle TGV"

Comme les années précédentes, la SNCF a perdu de l’argent avec sa branche infrastructures, qui travaille à l'entretien du réseau, et les "trains d'aménagement du territoire" (Corail, trains de nuit, etc.) que la société voudrait voir subventionnés. Le fret ferroviaire continue pour sa part à être déficitaire.

La nouveauté est à chercher du côté des grandes lignes : Voyages SNCF a vu sa marge d’exploitation fondre de 27%. La direction voit dans cette "cassure du modèle TGV" "une part de crise et une part de problème structurel" lié à l'augmentation des péages que le groupe doit verser à Réseau ferré de France (RFF) pour faire circuler ses TGV.

La SNCF annonce avoir "réagi avec force", avec des mesures d'économies et la recherche de recettes supplémentaires. "Les effets de la crise ont commencé à s'estomper", mais la direction de l’entreprise "ne s'attend pas à un rebond massif du marché" cette année.