Du PS au PCF, la gauche exulte

  • A
  • A
Du PS au PCF, la gauche exulte
Du PCF au PS, la gauche a savouré la victoire de François Mitterrand.@ Maxppp
Partagez sur :

Les uns après les autres, les ténors de la gauche ont laissé éclater leur joie dimanche soir.

Article rédigé à partir des archives sonores d'Europe 1 datant du 10 mai 1981.

Pour la gauche, ce jour est historique. Du Parti socialiste au Parti communiste, tous ont savouré dimanche soir la victoire de François Mitterrand, élu président de la République avec 51,76% des voix face à Valéry Giscard d’Estaing (48,24%).

A 20h15, Lionel Jospin a pris la parole depuis la rue de Solférino : "ce 10 mai en France est un beau jour pour la démocratie", a résumé le Premier secrétaire. "C’est une nouvelle chance pour la France. François Mitterrand a opéré autour de lui un magnifique rassemblement populaire. (…) Aujourd’hui, il rassemble les Français pour une grande ambition collective", a-t-il poursuivi.

Lionel Jospin s’est dit "heureux" du nouvel espoir qui s’offre aux Français :

Et le Premier secrétaire d’appeler à un vaste rassemblement populaire : "si jamais des Français voulaient manifester leur joie et s’ils voulaient exprimer cette joie, nous pensons que c’est sur la place de la Bastille pour des raisons historiques et aussi parce que c’est un espace digne d’une foule".

Michel Rocard s’est lui aussi félicité de l’arrivée de son parti au pouvoir : "c'est fait, nous avons gagné. Cette victoire est une très belle victoire", a exulté celui qui avait retiré sa candidature au profit de François Mitterrand. "Depuis que la France est en République, c'est la première fois que le suffrage universel envoie à la magistrature suprême un socialiste", a-t-il encore souligné.

"Une voie nouvelle"

Malgré cette effervescence, le PS ne veut pas donner l’impression de délaisser les électeurs de droite. "Je n'oublierai pas que des millions d'autres Français sont déçus ou inquiets. Je sais qu'à partir de ce soir, il incombe à François Mitterrand et aux socialistes de lever leur inquiétude car la France va choisir une voie nouvelle", a martelé Michel Rocard, que beaucoup voient déjà à Matignon.

Côté communiste, l’heure est aussi à la satisfaction. Georges Marchais, le président du PCF a félicité François Mitterrand : "Monsieur le Président de la République, au nom de la direction du Parti Communiste Français, de tous les communistes, de tous les électeurs dont l'activité et les suffrages ont contribué à votre élection, je vous adresse mes plus vives félicitations", a lancé le député du Val-de-Marne.

Georges Marchais a condamné "la désastreuse politique" menée par Valérie Giscard d'Estaing :

Et le chef de file des communistes prépare déjà l’après : "dans l'œuvre du changement qu'il s'agit d'accomplir pour répondre à l'attente de notre pays, je vous confirme que nous sommes prêts à prendre toutes nos responsabilités", a-t-il déclaré. Le PCF, qui a recueilli 15,35% des voix au 1er tour de l’élection, entend ainsi peser dans le nouveau gouvernement socialiste.