Jean Luc Bennhamias

Jean Luc Bennhamias

Jean-Luc Bennahmias est arrivé dernier du premier tour de la primaire de la Belle alliance populaire du 22 janvier avec 1,01% des votes.

  • SA BIO

Sa date et son lieu de naissance. Né le 2 décembre 1954 à Paris, Jean-Luc Bennahmias est âgé de 62 ans.

Ses fonctions actuelles. Il est président du Front démocrate.

Son parti. Jean-Luc Bennahmias a fondé le Front démocrate après avoir quitté le MoDem, en 2014.

Son parcours. Atypique diront les uns, “difficilement lisible” répondront les autres, notamment l’EELV Pascal Durand. Jean-Luc Bennahmias a commencé par le journalisme dans les années 1970. Diplômé d’un BTS technico-commercial en 1976, il écrit pour diverses publications pendant une vingtaine d’années. Ses premiers pas en politique sont ceux d’un militant, d’abord au Parti socialiste unifié et à la Ligue communiste, puis chez les Verts à partir de 1984.

Secrétaire national du parti de 1997 à 2001, Jean-Luc Bennahmias se présente pour la première fois, sans succès, devant les électeurs pour les législatives de 2002, à Marseille. Les élections de 2004 lui sont plus favorables puisqu’il entre au Parlement de Strasbourg avec les européennes, et au Conseil régional de Paca avec les régionales.

En 2007, passablement agacé que Dominique Voynet représente les écologistes à la présidentielle alors que lui préférait Nicolas Hulot, il quitte EELV pour rejoindre le MoDem de François Bayrou. De nouveau en 2014, il claque la porte de son parti, cette fois pour créer sa propre formation politique, le Front démocrate.

Son résultat à la présidentielle de 2012. Il n’était pas candidat en 2012.

Sa vie privée. Très discret sur sa vie privée, Jean-Luc Bennahmias a eu deux garçons avec Lise, sa compagne. Adepte de la course à pied pour expier son tabagisme intensif, amateur de rock et supporter du FC Nantes, l’ancien EELV possède aussi une cabane écolo dans la Drôme.

  • SA PRIMAIRE

Son résultat. Jean-Luc Bennahmias échoue lors du premier tour de la primaire de la Belle alliance populaire du 22 janvier avec 1,01% des votes.

Comment il s’est déclaré. C’est à la mi-août que Jean-Luc Bennahmias a fait connaître sa décision, auprès de l’AFP, de participer à la primaire de la gauche. Avec, déjà, une certaine lucidité quant à ses chances de victoire, puisqu’il affirmait qu’il n’était “pas sûr de pouvoir l’emporter”.

Son slogan. "Moderniser, rajeunir la démocratie française", "Vivre ensemble donner du sens à la vie", Jean-Luc Bennahmias n’a pas su choisir.

Son signe distinctif. De toute évidence, Jean-Luc Bennahmias sait surfer sur les vagues. Celles de François Bayrou en 2007, alors que le président du MoDem venait de s’imposer comme le troisième homme de la présidentielle. Celle, aussi, provoquée par le livre Un président ne devrait pas dire ça, compilation de confidences de François Hollande. Quelques semaines plus tard, Jean-Luc Bennahmias s ortait Un président ne devrait pas dire ça. Le problème, c’est que l’ancien EELV a du mal à concrétiser. Il n’a pas réussi à casser la logique bipartisane de la Ve République avec le MoDem et son livre est loin d’avoir été un succès de librairie.

  • C' ÉTAIT SON PROGRAMME POUR 2017 EN CINQ POINTS

Refonte des institutions. Pour Jean-Luc Bennahmias, il est indispensable de moderniser les institutions. Il veut instaurer un scrutin à la proportionnelle pour les législatives, limiter tous les mandats à deux consécutifs et mettre en oeuvre le référendum d’initiative populaire pour les questions qui ne concernent pas des changements constitutionnels.

Un revenu universel. Le président du Front démocrate est favorable au revenu universel qui, selon lui, “permet à chacun de se former et d’entrer dans un monde du travail complexe [sans avoir à] choisir entre la survie économique et la formation”.

Un service civique obligatoire. Jean-Luc Bennahmias souhaiterait mettre en place un service civique mixte et obligatoire de six mois ou un an. Et ce afin de “reconstruire le vivre ensemble qui permet à chacun de donner un sens à sa vie.

(Re)valoriser les enseignants. Dans le domaine de l’éducation, l’ancien MoDem veut revaloriser le salaires des enseignants afin de rattraper le retard pris par rapport aux pays voisins. Il prône aussi leur valorisation, notamment en abordant “avec souplesse” la question des mutations.

Sanctuariser l’exception culturelle. Pour Jean-Luc Bennahmias, il faut maintenir les quotas de musique, de films et de téléfilms français ou francophones à la télévision et à la radio. Et aller plus loin, en proposant une fiscalité avantageuse pour la création artistique.

Partagez sur :
Les derniers articles