Y a-t-il un modèle scientifique du bonheur ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour la spécialiste québécoise du développement personnel Christine Michaud, invitée dans l'émission "La vie devant soi", le bonheur est étroitement lié aux actions individuelles volontaires.

LA VIE DEVANT SOI

Mesure-t-on les composantes du bonheur comme on mesure les ingrédients nécessaires à la préparation d'un gâteau ? C'est en tout cas le point de vue de Christine Michaud, conférencière et spécialiste québécoise du développement personnel, invitée de La Vie devant soi, lundi. Selon elle, le modèle scientifique du bonheur est d'abord corrélé avec ce qui nous permet de rester en meilleure santé.

Des "émotions positives" aux accomplissements. Pour "évaluer" et ensuite faire progresser notre niveau de bonheur, on peut se servir de ce qu'elle appelle le modèle "PERMA" créé par le spécialiste de la psychologie positive Martin Seligman. Cet instrument reprend les premières lettres des mots anglais de Positive emotions, Engagement, Relationships, Meaning et Achievement. "Pour les émotions positives, il s'agit d'en générer le plus possible au quotidien. L'engagement correspond aux 'expériences optimales', quand on fournit des capacités pour réaliser un défi à notre dimension, ni trop facile, ni trop difficile. On se base aussi sur les relations que l'on entretient, le sens qu'on donne à notre vie et nos accomplissements", détaille Christine Michaud, qui vient de publier Prenez soin de vous maintenant, avec Éric Dupont, Diane Bilodeau et Christian Fortin.

Le bonheur, dépendant de la génétique ? La spécialiste du développement personnel décortique par ailleurs la composition et les ressorts du bonheur. "50% provient de la génétique et 10% représente les circonstances de vie, on habite où, avec qui… Mais ce qui est intéressant, c'est de découvrir que les 40% restants sont liés à nos activités volontaires, ce qu'on met en action et qui va donner des résultats. On n'est plus tributaires d'un destin fixé à l'avance, on est beaucoup plus puissant qu'on ne le croyait", résume-t-elle.