Six bonnes raisons de se mettre au jardinage

  • A
  • A
Six bonnes raisons de se mettre au jardinage
Le jardinage a permet de garder le moral, de rester en bonne santé et d'éveiller ses sens@ rawpixel / pixabay.com / Europe 1
Partagez sur :

Que ce soit pour se maintenir en forme, éprouver la satisfaction d'avoir fait pousser quelque chose ou tout simplement se retrouver dans un endroit agréable, le jardinage possède de nombreuses vertus.

Bêcher, planter, rempoter, regarder pousser, récolter les fruits de son labeur… Autant de tâches que les jardiniers apprécient. Et grâce aux toits végétalisés qui se font une place de plus en plus importante dans les villes - Paris compte atteindre les 100 hectares d'ici à 2020, les citadins ont désormais eux aussi accès à ces espaces partagés pour se retrouver dans un petit coin de nature. Et les vertus d'un tel endroit dédié à la nature sont multiples que ce soit sur notre santé ou notre bien-être. Vous hésitez encore à investir dans une bêche ? Europe 1 vous donne six raisons de vous mettre au jardinage.

L’émission Circuits Courts du jeudi 19 avril est consacrée aux avantages des toits végétalisés et des potagers. De 13h15 à 14h, autour d’Anne-Laure Jumet et François Geffrier, Nicolas Bel, fondateur de Topager, une entreprise de paysage urbain comestible et sauvage et Alexandre Dubernard, président et fondateur de Mon Toit Vert, entreprise de toits et murs végétalisés, débattront sur le sujet. L’émission est à suivre en direct sur Europe 1 ici.

Renouer avec la nature

Comment expliquer le développement de ces jardins en ville ? Dans un monde régi par le virtuel et la rapidité, ces espaces correspondent à un besoin de "renouer avec la nature", selon Cindy Chapelle, sophrologue, animatrice du blog La Slow Life et auteur du livre Jardiner en pleine conscience (Plume de carotte). Il s'agit de "ramener la nature en ville et d'essayer de nuancer le bétonnage", ajoute-t-elle. "On répond à une sorte de besoin vital en se reliant à la nature lorsqu'on est en ville." Cela permet de "faire une pause, de se relaxer en prenant du temps pour soi et en prenant soin d'un autre vivant", assure Nora Bizeau, naturopathe interrogée par Europe1.fr.

Un besoin ressenti par de nombreux Français, selon un sondage OpinionWay réalisé en 2015 à l'occasion de la fête de la Nature. D'après l'étude, 96% des sondés considèrent que la nature est "un lieu de bien-être et de ressourcement", mais aussi de loisirs (à 89%, plusieurs réponses étaient possibles). Cela explique sans doute les différentes initiatives de végétalisation des villes qui fleurissent ces dernières années comme les jardins partagés, la végétalisation des espaces publics ou encore la plantation de graines dans les fissures des murs.

Se maintenir en bonne santé

Le jardinage contribue par ailleurs à nous maintenir en bonne santé. Il est même utilisé pour traiter l'autisme, les migraines, la dépression profonde ou encore les malades d'Alzheimer. On parle alors d'hortithérapie. Et même lorsqu'on ne souffre d'aucune maladie, jardiner est utile pour avoir une bonne condition physique. Car quand vous binez, plantez, retournez, soignez, récoltez, vous faites de l'exercice physique. Tondre la pelouse pendant une heure équivaudrait  à faire une heure de ski alpin, selon deux médecins de l'Institut de recherche du bien-être, de la médecine et du sport santé (IRBMS). Et si votre jardin a plutôt besoin d'un coup de bêche, faites-le pendant une heure et vous aurez les mêmes bienfaits qu'après une séance d'une heure de crawl.

Car le jardinage sollicite le cœur, les poumons et lutte contre la sédentarité. En pratiquant une telle activité physique, vous repoussez donc le développement de maladies cardio-vasculaires et du diabète, vous régulez votre poids et vous travaillez la souplesse de vos articulations. Néanmoins, les deux médecins spécialistes du sport, recommandent de faire un petit "échauffement" avant toute séance un peu intense. "Commencez par des activités légères, telles que désherber ou cueillir la récolte de la journée ou arroser quelques plants", conseillent-ils. Il ne s'agit pas de s'épuiser à la tâche mais plutôt de faire les 30 minutes d'activité physique recommandées par l'OMS avec une activité qui vous plaît.

Méditer les mains dans la terre

En plus de ses bienfaits physiques, le jardinage offre une véritable source de bien-être car il invite à se "déconnecter" de son quotidien pour se consacrer à une activité manuelle.  "En rentrant du travail, enfilez vos bottes et vos gants et aller gratter un peu la terre, couper des feuilles sèches", conseille Cindy Chapelle. "Et vous prendrez conscience que vous vous trouvez dans quelque chose de plus concret."

Lorsque vous êtes plongé dans votre tâche, vous entrez dans un état de concentration qui conduit à une manière de méditer. "On est pleinement présent à ce que l'on fait", rappelle Cindy Chapelle. On peut d'ailleurs relier cette pratique à la méditation en pleine conscience qui consiste à ramener son attention sur ses sensations et ses pensées du moment en se concentrant sur une tâche. Et cela a un effet apaisant, selon Nora Bizeau. "Mettre ses mains dans la terre apporte du réconfort."

La sophrologue Cindy Chapelle voit également dans le jardinage une forme de contemplation "Lorsque l'on regarde une fleur de courgette émerger de son potager, on a une certaine perception de la beauté de la nature." D'ailleurs dans le domaine de la permaculture - une démarche agricole qui consiste à créer des écosystèmes respectueux de la nature et de l'homme, on parle de "design", mais au sens d'"harmonie", d'équilibre et de beauté offerte par la nature.

Gagner en estime de soi et garder le moral

Mais lorsque l'on parle de nature, rien n'est parfait et ne fonctionne exactement comme on l'avait imaginé. Ce n'est pas parce qu'on plante une graine qu'elle va forcément se développer. Le jardinage, c'est donc aussi faire l'expérience de l'échec. "Quand on s’occupe de plantes vivantes qui croissent, on rencontre des problèmes même si on suit les meilleurs plans. Les maladies, les insectes, les mauvaises herbes font des dégâts et le mauvais temps vient encore compliquer la situation. Apprendre à supporter les inévitables frustrations dans le jardinage peut aider à mieux accepter celles qui surviennent dans la vie quotidienne", estime Suzanne Ménézo, dans son livre La Thérapie par l’horticulture en France et à l’étranger. Cette activité permettrait donc de mieux accepter l'échec et de garder confiance en soi.

Un constat partagé par une étude de chercheurs de l'Université d'Oxford en 2016 et publiée dans le Journal of Public Health. En comparant deux groupes de personnes, les uns jardinant, les autres non, les scientifiques ont remarqué que les jardiniers avaient une meilleure estime d'eux-mêmes et étaient de meilleure humeur tout en réduisant stress et anxiété. Ce qui les rendait si heureux ? Se retrouver en extérieur au contact de la nature et le sentiment de réussite.

Apprendre la patience

La nature fonctionne selon son propre rythme et pour ramasser des tomates, il faut que les graines aient pris le temps de germer, de pousser, de grandir suffisamment pour donner des fruits. Une approche du rapport au temps qui correspond au principe du "kaizen". Cette philosophie japonaise invite à respecter un rythme de progression personnelle et à avancer pas à pas, détaille Cindy Chapelle. "Il faut laisser le temps d'ancrer de nouvelles habitudes dans son quotidien."

Et pour ceux qui voudraient tenter cette approche et expérimenter la satisfaction de voir quelque chose pousser, la sophrologue propose de planter des graines de basilic. Elles germent puis on voit apparaître des plantules qui deviennent de plus en plus grands... "Cela peut donner envie de chausser les gants", glisse la passionnée de jardinage.

Exercer ses sens

Le jardinage fait appel à tous nos sens. On apprend à toucher une plante, à plonger ses mains dans la terre, on sent les odeurs qu'elle dégage, on goûte les plants aromatiques… Il s'agit d'une expérience complète qui peut apporter une sérénité et un calme intérieur bienvenus pour compenser l'agitation de la ville et de nos vies quotidiennes.