Météo : comment ne pas déprimer avec le retour du mauvais temps

  • A
  • A
Météo : comment ne pas déprimer avec le retour du mauvais temps
La pluie donne une occasion d'apprendre à se réinventer. @ Hans / Pixabay / Europe 1
Partagez sur :

Après plusieurs semaines de beaux jours, la pluie va de nouveau tomber sur l’Hexagone. Nos conseils pour positiver.

Notre "météo intérieure" a de quoi en prendre un coup. Ces dernières semaines, après des mois de grisaille, la majorité de l’Hexagone profitait, enfin, de températures clémentes et d’un ciel radieux, baigné de soleil. Puis patatras. Ce week-end et plus encore la semaine prochaine, la pluie va faire son retour sur une majeure partie de la France. Comment ne pas déprimer ? Et si vous faisiez d'elle votre alliée ? Europe 1 vous donne quelques clés pour positiver, en faisant du mauvais temps une opportunité. 

Dîtes-vous, d’abord, que c’est dans la tête  

Il y a, certes, un lien biologique entre le beau temps et notre moral. La présence du soleil et, surtout, de lumière naturelle, influe sur notre taux de cortisol et de vitamine D, et donc sur notre humeur, voire notre rythme de sommeil. Mais ce lien est limité. Dans son ouvrage Mood and Temperament (Guilford Press) paru en l’an 2000, David Watson, professeur de psychologie à l’université de l’Iowa, a recensé une vingtaine d’études prouvant que le mauvais temps ne pousse pas mécaniquement les gens à se déclarer de mauvaise humeur.

"Notre croyance dans la vertu du beau temps viendrait du passé, quand les gens vivaient davantage au contact de la nature. Ce genre de stéréotype culturel a une influence si forte sur notre mental qu’il biaise notre perception. Par exemple, si je suis triste et qu’il pleut, cela renforce ma conviction que le temps influe sur le moral. Mais si je suis triste et qu’il fait beau, j’aurai tendance à ne pas faire de rapprochement parce que cette situation ne correspond pas à mes croyances", détaille le chercheur, cité par Psychologies magazine.

La première chose face au mauvais temps, c’est donc peut-être de se dire que notre humeur dépend, encore, de nous-même. Et que déprimer n’est pas une fatalité !

Dîtes-vous que cela va passer… et faites des activités nouvelles ! 

D’après le psychiatre Michel Lejoyeux, auteur des Quatre saisons de la bonne humeur, c’est avant tout le manque d’alternance météorologique qui nous pousse à la déprime. "Ce qui pèse sur le moral, ce sont ces pensées catastrophistes qui nous laissent croire que nous allons avoir une longue période de temps identique. Ce qu’on peut appeler une ‘vision tunnelique’ du climat, et celle-ci est toute aussi pénible à envisager qu’il fasse très chaud ou qu’il pleuve", explique-t-il au Figaro. Or, à en croire les prévisions météo, cette parenthèse de mauvais temps devrait durer une dizaine de jours tout au plus. Pour tenir, Michel Lejoyeux conseille d’en profiter pour oser la nouveauté :

"Pour remédier à ce blues, et ne pas se laisser contaminer par la routine météorologique, une méthode selon lui: oser des activités nouvelles, pour éprouver des sensations renouvelées, et infuser cette variabilité dont nos humeurs ont tellement besoin. Quel que soit le temps dehors", lit-on dans Le Figaro.

Et si la pluie devenait une chance ?

Reste à savoir quelle activité faire lorsqu’il pleut. Il y a d’abord les classiques. Pourquoi ne pas se ruer au cinéma ? Cette année, la pluie revient en même temps que… le Festival de Cannes, et son lot de sorties très attendues. L’Eurovision ou le multiplex Ligue 1 peuvent également, ce week-end, en consoler plus d’un.

En outre, la pluie ne doit pas forcément rimer avec une absence totale d’activité physique en plein air. Les jours de mauvais temps, il y a moins de monde dans les rues et dans les parcs, le taux de pollen et de particules fines diminue et la pluie offre un rafraîchissement naturel qui sera d’autant plus agréable que les températures minimales ne devraient pas non plus tomber en dessous des 8/9 degrés au petit matin. Elles devraient, même, dépasser les 15 degrés en moyenne en journée.

En proposant à sa conscience d'imaginer de belles images on fait barrage aux clichés gris environnants

Un petit footing peut donc vous faire le plus grand bien, à condition de respecter quelques précautions : optez pour la casquette pour éviter d’avoir de la pluie dans les yeux, échauffez-vous un peu avant de sortir et privilégiez les manches longues/pantalons pour que la pluie ne refroidisse pas non plus trop vos muscles (surtout au début), courez moins vite pour garder vos appuis, et surtout laissez vos appareils électroniques au sec. 

La visualisation mentale pour vous recréer un été 

Mais ce peut-être, également, l’occasion de découvrir des activités un peu moins communes. "Quel que soit le temps dehors, l'idée est d'éviter de se recroqueviller. Améliorer son moral passe par des sensations renouvelées : une expo pour le plaisir des yeux, des thérapies douces comme la sophrologie, la méditation ou les massages pour titiller les endorphines... L'éventail est large", rappelle La Parisienne. Qui suggère également de s’entraîner à la pratique de la "visualisation mentale" :

"C'est le moment idéal pour convoquer ses plus beaux souvenirs de voyage. En proposant à sa conscience d'imaginer de belles images on fait barrage aux clichés gris environnants. Concrètement, on pratique en fermant les yeux - si possible allongé- en respirant calmement par le ventre et on laisse venir les scénarii synonymes de lumière et de plaisir. Le but est de vivre le plus de détails possibles de ce contexte : les couleurs, les odeurs et les sons. Les situations peuvent être imaginées ou réellement vécus dans le passé, peu importe".

Adaptez votre alimentation

Enfin, lorsque le soleil fait défaut à l’extérieur, pourquoi ne pas tenter de le mettre dans votre assiette ? En privilégiant les couleurs, par exemple. Et en optant pour des aliments riches en tryptophane, un acide réputé favoriser la bonne humeur (dinde, parmesan, persil, soja, salami, graines de courge…) ou en Omega 3, un anti dépresseur naturel, comme certains fruits secs (noix, noisettes, amandes) et les poissons gras (saumon, sardines, maquereaux).


> Les trois conseils à retenir

- Dîtes-vous qu’il ne s’agit que d’une parenthèse

- Essayez des activités nouvelles et ne vous privez pas de faire du sport !

- Mettez de la couleur dans votre alimentation