Tabac : cinq plantes qui peuvent vous aider à arrêter de fumer

  • A
  • A
Tabac : cinq plantes qui peuvent vous aider à arrêter de fumer
Le kudzu aurait pour vertu de se substituer dans le cerveau à certaines substances addictives.@ Mariastone / Pixabay / Europe 1
Partagez sur :

Comme un million de fumeurs en 2017, peut-être songez-vous, vous aussi, à arrêter de fumer. De par leurs vertus anti-stress ou pour compenser le manque, plusieurs plantes peuvent vous aider.

Le chiffre est "historique". Un million de fumeurs ont arrêté la cigarette en 2017, selon le ministère de la Santé. Comme eux, peut-être y songez-vous également. Si vous n’êtes pas fumeurs, peut-être envisagez-vous tout simplement de mettre fin à une addiction qui vous gâche la vie. Mais où trouver de l’aide ? Où trouver la force de s’y mettre enfin ? Si elles ne remplacent pas les substituts nicotiniques ni les conseils d’un médecin, plusieurs plantes peuvent s’avérer être de bons alliés pour mettre fin à une dépendance, y compris celle à la nicotine. En voici quelques exemples.

> Avant de commencer, quelques éléments à avoir en tête

Les plantes ne sont ni des médicaments, ni des potions magiques. Pour arrêter de fumer ou combattre une dépendance, le meilleur moyen reste de se faire suivre par un médecin généraliste, un tabacologue ou un addictologue. En revanche, certains plantes évoquées dans cet article peuvent accompagner un suivi médical, pour vous aider à réduire votre stress, à combler un manque ou à donner un coup de pouce à votre organisme. Si elles n’ont pas (encore) fait l’objet d’études scientifiques d’ampleur, ces plantes, que l’on peut trouver en pharmacie, sur le net ou dans des magasins bio, sont conseillées par de nombreux médecins et addictologues.

Avant de vous lancer, d’ailleurs, pensez à consulter le vôtre, au cas où existeraient d'éventuelles contre-indications. Cela vaut d’autant plus pour les enfants, les femmes enceintes/allaitantes et les épileptiques. Pour chaque plante, respectez bien la dose maximale conseillée par votre médecin, votre pharmacien ou indiquée sur l’emballage : si ces plantes n'entraînent pas d’effets secondaires, une consommation excessive risque de modifier votre système nerveux ou de perturber votre organisme.

1) Le kudzu, pour servir de substitution

Le kudzu est une plante grimpante, de couleur violacée, cultivée surtout en extrême orient pour ses vertus culinaires (sa racine sert de fécule pour épaissir une sauce). Utilisée depuis des millénaires en médecine traditionnelle chinoise, elle aide à diminuer le stress, à atténuer les acouphènes ou faire descendre la sensation de vertige. Et une étude de chercheurs à Harvard réalisée en 2005 auprès de personnes alcooliques a permis de souligner les vertus de cette plante pour lutter contre les addictions. Les chercheurs émettent l’hypothèse que les flavonoïdes contenus dans les racines de la plante s’installent dans le cerveau, stimulent le système nerveux et se substituent à ce qui nous rend dépendant, comme la nicotine.

Si cette étude mérite d’être davantage creusée, le kudzu, qui n’entraîne pas d’effets secondaires, est déjà conseillé pour accompagner des traitements de sevrage tabagique. Comment consommer ? Une gélule trois fois par jour (matin, midi, et soir) dans un grand verre d’eau suffit, et ce jusqu’à ce que vous sentiez votre addiction diminuer. Vous pouvez ensuite progressivement réduire la dose.

2) La valériane, pour diminuer la nervosité

Cette plante très répandue en France se distingue par de toutes petites fleurs blanches rosées, de nombreuses feuilles vertes, pointues et ciselées, et surtout de longues racines, utilisées pour leurs effets sédatifs, anxiolytiques et pour favoriser le sommeil. Pendant un sevrage tabagique ou face à n’importe quelle addiction, elle peut être utilisée pour diminuer la nervosité et les troubles de l’humeur faisant suite au manque.

valeriane 640

Pendant deux à quatre mois, vous pouvez donc la consommer en gélule, diluée dans de l’eau, deux à quatre fois par jour. Si vous savez la reconnaître dans la nature, vous pouvez également faire directement infuser la racine cinq à dix minutes dans de l’eau bouillante, et la consommer une à cinq fois par jour. Attention toutefois à bien choisir son moment : cette plante peut avoir de fortes vertus sédatives !

3) La griffonia, pour éviter la déprime

Cette légumineuse africaine régénère nos neurotransmetteurs et sert, elle aussi, à réguler l’humeur ou le sommeil. Dans le cadre d’un sevrage tabagique, elle peut aussi aider à éviter le "coup de déprime" lié au manque de nicotine et aide également à réguler l’appétit et à ne pas prendre de poids. Il est conseillé de prendre une à quatre doses, durant un à trois mois, et de préférence le soir, car la prise de griffonia peut entraîner des risques de somnolence.

4) Le romarin, pour favoriser l’attention

En plus d’améliorer la digestion et la circulation sanguine, le romarin permet aussi de s'attaquer à la fatigue intellectuelle et le trouble de l’attention. Deux symptômes qui peuvent apparaître lorsque notre cerveau est occupé à chercher de la nicotine. Quinze gouttes d’extrait hydroalcoolique de romarin, trois fois par jour, stimulent l’activité cérébrale.

5) Le brocoli, pour aider à respirer

Une substance issue des pousses de brocoli, le sulforaphane, suscite de plus en plus l’intérêt des chercheurs pour ses propriétés antioxydantes, de renforcement des muqueuses et de détoxification des voies respiratoires. Après un sevrage suite à une addiction au tabac ou à la cigarette électronique, il se peut que vous subissiez de fortes quintes de toux. La prise d’une dose d’extrait de brocoli peut alors vous aider à la faire passer.