"De la tromperie" chez les comparateurs de vols ?

  • A
  • A
"De la tromperie" chez les comparateurs de vols ?
@ AFP/HOANG DINH NAM
94 partages

INFO E1 - Opodo, Go Voyages, Easyvoyage ou encore eDreams.fr… Une dizaine de sites sont dans le collimateur de l’État.

Le gouvernement va l'annoncer mercredi matin : des procédures contre des sites de voyage en ligne ont été lancées. Selon les informations d'Europe1, une vingtaine de comparateurs de prix ont été passés au crible. La Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes enquête dessus depuis l'an dernier. Et 10 de ces sites devraient être sanctionnés lourdement, parmi lesquels Opodo, Go Voyages, Easyvoyage ou encore eDreams.fr.

>> LIRE AUSSI - Pour des billets d'avion pas chers, préférez le mardi

La raison ? Ils sont accusés d'induire le consommateur en erreur, voire de "tromperie", en facturant un prix final qui n'est pas celui affiché au départ.

De nombreux surcoûts. Tous sont en effet des comparateurs de vols, sur lesquels vous pouvez acheter votre billet d'avion. Toutes les compagnies aériennes sont proposées, aussi bien les "low cost" que les compagnies régulières. Le hic ? Ces sites comparent bien les prix des billets d'avion. Mais une fois votre choix effectué, la facture ne cesse de grossir entre le prix de départ, celui sur lequel se base la comparaison, et le prix final, celui pour lequel est demandé votre code de carte bleue.

Détail frais

"De la tromperie". Frais de dossier, frais de bagages, frais d'assurance, frais liés au mode de paiement… De nombreux surcoûts peuvent s'ajouter, et certains sont obligatoires. Une pratique illicite aux yeux du gouvernement. "Certains comparateurs de prix ne sont pas fiables. Ils font des erreurs plus ou moins graves mais certaines relèvent bien de la tromperie", dénonce sur Europe1 Carole Delga, secrétaire d'Etat chargée de la Consommation.

La sanction peut aller jusqu'à deux ans de prison et 300.000 euros d'amende. Sur ce dossier, la justice a d'ailleurs déjà été saisie neuf fois. Et dans cinq cas, les sites ont payé entre 100.000 et 150.000 euros.

"Je conteste". Contacté par Europe1, Jean-Pierre Nadir, le président d'Easyvoyage reconnaît certaine fraude dans le secteur. Mais il appelle à ne pas mettre tout le monde dans le même sac. "Un certain nomnre de marchants n'affiche pas les frais, ça c'est vrai. Mais en ce qui concerne Easyvoyage, je conteste", martèle le dirigeant au micro d'Europe1. Et d'enchaîner : "nous comparons en affichant tous les frais. Il y a le prix avec frais et le prix hors frais. C'est ce que j'ai dit à la DGCRF et je le maintiens : tout est extrêmement clair".