Zep : "Avec Titeuf depuis 25 ans, même si les sujets se répètent, l'actualité change"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le dessinateur du héros à la mèche jaune était dans "Melting Pop" mercredi matin. Il évoque sur Europe 1 le nouvel album de Titeuf.

INTERVIEW

À fond le slip, c'est le titre du 15e album de Titeuf qui sort le 31 août 2017. Dans Melting Pop, Zep, son dessinateur, revient sur les nouveautés de cette bande-dessinée.

"Titeuf ne grandit pas vraiment". Il a toujours sa mèche jaune, son tee-shirt bleu et son sens de l'humour. Titeuf n'a pas changé en 25 ans. "Il ne grandit pas vraiment, il aimerait beaucoup. Mais le monde autour de lui change", explique Zep. "Ce qui m'intéresse, c'est vraiment cet âge juste avant la puberté, où l'on est encore curieux de tout", confie le dessinateur.

Thèmes et sujets d'actualité. Pour autant, cette stabilité de l'âge du personnage n'a jamais empêché l'auteur de créer, encore et encore. Et pour cause : "Depuis 25 ans, même si les sujets se répètent, l'actualité change", explique Zep. "Quand j'ai commencé Titeuf, début 1990, on était en pleine campagne de prévention contre le Sida et j'avais démarré en me demandant : 'qu'est-ce que ça fait, quand on a dix ans, et qu'on croise des affiches pour le port du préservatif dans la rue ?'", raconte le dessinateur.

Aujourd'hui, Titeuf, personnage de son temps, doit donc composer avec les sujets autour de l'islam radical, la pornographie, la pédophilie ou encore la question de l’accueil des migrants. "Quand j'écris pour Titeuf, je ne pense pas à mes enfants. Je suis dans la peau de mon personnage. (...) Le truc, c'est qu'il faut écrire une histoire qui fasse rire les enfants et les adultes. Typiquement, sur les planches qui traitent de la pornographie, ce sont deux publics qui ne rient pas au même passage", détaille Zep.

Comment Zep travaille ? Pour créer ses histoires, Zep va chercher dans ses carnets intimes, sorte de journal de son personnage. "Ces carnets sont comme le journal intime de Titeuf. J'ai des périodes de ma journée, ou de ma semaine, où je suis Titeuf et j'écris à la première personne tous types de pensées", confie-t-il. Une matière première qui prend ensuite vie sur le papier.