Xavier Beauvois : "Nathalie Baye et Laura Smet se sont redécouvertes en travaillant ensemble"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le réalisateur Xavier Beauvois a fait jouer mère et fille dans son septième long-métrage, "Les Gardiennes". Sur Europe 1, il est revenu sur leur relation complice durant le tournage.

INTERVIEW

L'auteur du Petit lieutenant revient en salles mercredi pour son septième long-métrage. Après Des hommes et des Dieux, Xavier Beauvois sort le film Les Gardiennes, avec Nathalie Baye et sa fille Laura Smet au casting. Invité de l'émission C'est arrivé demain, le réalisateur a raconté ce qu'il avait perçu durant le tournage de cette relation mère-fille.

"Laura, je l'ai vue grandir". A l'origine, Les Gardiennes, une histoire de femmes qui prennent le travail des champs en main durant la Première Guerre mondiale, est un roman de 1924. "J'avais très envie de faire un film sur les femmes. J'en avais assez, d'avoir fait beaucoup de film avec des hommes. Il y avait tout ce qui me plaisait dans cette histoire : la guerre, l'arrière de la guerre et j'avais un vieux rêve avec Nathalie Baye et Laura Smet, c'était qu'on fasse un film ensemble. Je connais Nathalie depuis Selon Mathieu, en 1999. Donc j'ai connu Laura, je l'ai vue grandir, avant même qu'elle ait envie d'être actrice."

Le stress sur la crédibilité de la relation "évacué". Si les deux femmes avaient été réunies le temps d'un épisode de la série Dix pour cent, justement pour évoquer une possible collaboration dont elles avaient finalement peur, c'est bien la première fois qu'elles sont réunies à l'écran pour un long-métrage. Mère et fille sont ici filmées de très près. Et le réalisateur a pu observer le duo. "Au début, je les invitais à déjeuner à la maison qu'on avait loué dans le Limousin. Laura disait 'non, ça va, je suis pas mariée avec ma mère'. Après, c'était 'Bon, on arrive ensemble'. Elle se sont, quelque part, redécouvertes toutes les deux en travaillant ensemble. C'est magnifique", raconte le cinéaste.

Xavier Beauvois a vu la différence entre ce long-métrage et ceux qu'il avait déjà tournés avec Nathalie Baye. "J'ai vu un sourire sur le visage de Nathalie que je n'avais jamais vu comme ça sur les films d'avant. Elles ont parlé comme rarement et c'était un moment délicieux. En plus, quand vous êtes cinéaste, vous avez toujours le stress que ce soit crédible une mère et une fille ou un père et un fils et là, comme c'était les vraies, ça s'est évacué déjà." 

Découvrez la bande-annonce du film : 

Iris Bry, "de miracle de cinéma"

Dans le film, les deux femmes s'occupent d'une ferme pendant que les hommes sont au front. Elles sont secondées par une jeune fille qu'incarne la jeune actrice Iris Bry que le cinéaste qualifie "de miracle de cinéma. Ce genre d'actrices, on trouve ça une fois dans sa carrière", souligne Xavier Beauvois, élogieux.

"Les femmes ont fait le travail des hommes, mais aussi le travail des femmes", poursuit le cinéaste. "Verdun, c'est 300 jours de combat et 60 millions d'obus. Les femmes ont fabriqué des milliards de munitions pour les fusils, manipulé des millions de tonnes, elles ont nourri les hommes, elles ont tenu le pays. On a fait beaucoup de films sur les Poilus au front mais on a tendance à oublier le reste", rappelle Xavier Beauvois. "Les femmes ont compris leur force, leur importance."