"X-Men Apocalypse" : la Fox retire une affiche jugée choquante

  • A
  • A
"X-Men Apocalypse" : la Fox retire une affiche jugée choquante
De nombreux internautes ont dénoncé sur Twitter la connotation misogyne de cette affiche.@ capture The Hollywood Reporter
Partagez sur :

L'affiche incriminée, montrant le grand méchant du dernier opus des aventures des X-men en train d'étrangler le personnage interprété par Jennifer Lawrence, a fait le tour d'Internet.

La campagne publicitaire autour du sixième volet des aventures des "X-men" est-elle allée trop loin ? Le tollé provoqué outre-Atlantique et sur les réseaux sociaux par l’une des affiches du film X-men Apocalypse a poussé la société de production 20th Century Fox à présenter ses excuses. Sur l’affiche incriminée, on voit le grand méchant du film En Sabah Nur, alias Apocalypse (Oscar Isaac), étrangler le personnage de Mystique (Jennifer Lawrence), le tout sous l’accroche suivante : "Seul les forts survivront".

Violence. Rapidement, de nombreux internautes ont dénoncé sur Twitter la connotation misogyne de la publicité. Le bloggueur New Yorkais EV Grieve a posté un cliché de l’affiche pris dans la rue, recouverte du commentaire suivant : "This violence in my kid’s face is not OK".

ev grieve

crédits: capture evgrieve.com





Dans un post Facebook republié par le Hollywood Reporter, l’actrice Rose McGowan (Charmed, Planète Terreur)  écrit : "Les génies derrière ça, et c’est un euphémisme, ont besoin de se regarder un long moment dans un miroir et de réfléchir à ce qu’ils apportent à la société. Et si c’était un noir étranglé par un blanc, ou un gay étranglé par un hétero ?".

Les excuses de la Fox. "Dans notre enthousiasme à vouloir montrer la méchanceté du personnage d’Apocalypse, nous n’avons pas immédiatement perçu la connotation choquante de cette image" a finalement reconnu la Fox dans un communiqué diffusé le 2 juin par le site d’informations. Le géant promet de retirer l’affiche et précise qu’il "ne cautionnera jamais la violence faite aux femmes."

Sorti fin mai, le film de Bryan Singer, en dépit de critiques plutôt négatives, cumulait  65.000.000 dollars de recettes après son premier week-end d'exploitation aux Etats-Unis.