Vins : le prix des grands Bordeaux à la baisse

  • A
  • A
Vins : le prix des grands Bordeaux à la baisse
Partagez sur :

Les plus grands crus du Bordelais ont fortement baissé le prix de vente en primeur de leur millésime 2008, en dépit d'une qualité jugée supérieure à 2007, pour tenter de relancer une demande rendue atone depuis l'automne par la crise économique.

Les grands Bordeaux ont baissé leur prix pour les crus 2008 dans l'objectif de relancer le marché. La campagne 2008 pourrait donc être marquée par le retour des amateurs de vin, européens, séduits par des tarifs plus sages.

Pour reconquérir les consommateurs traditionnels, effrayés ces dernières années par l'envolée des cours, les "marques" les plus prestigieuses - Lafite-Rothschild, Latour, Margaux, Mouton-Rothschild dans le Médoc, Angélus à Saint-Emilion, Yquem dans le Sauternais - ont annoncé des prix en forte baisse, de l'ordre de 50% par rapport à 2007.

Dans le contexte de crise économique, les financiers américains et anglais se détournent depuis plusieurs mois des grands crus, ceux dont la bouteille dépasse les 150 euros et qui, depuis la belle année 2005, nourrissaient une forte spéculation. Avec le brutal arrêt de la demande, les professionnels bordelais redoutaient cette année la campagne des primeurs qui, à travers l'intérêt suscité par les 40 ou 50 étiquettes les plus renommées, donne généralement la tendance pour l'ensemble de la filière.

Cette spécificité bordelaise permet aux acheteurs du monde entier d'acquérir un millésime par anticipation, deux ans avant sa mise sur le marché. Ce système permet, d'une part, aux acheteurs de sécuriser l'achat des crus les plus demandés, en principe à des prix plus intéressants, et offre, d'autre part, une avance de trésorerie aux propriétés. Lancée en avril avec la visite de milliers de professionnels venus déguster le millésime 2008, cette campagne est finalement qualifiée de "molle" mais "moins mauvaise que prévu" par les professionnels.

La demande reste faible aux Etats-Unis et en Asie, à l'exception du Japon, mais est en revanche soutenue de la part des consommateurs européens, constatent les professionnels. "On a reçu des encouragements de particuliers qui nous ont dit qu'ils étaient heureux de pouvoir à nouveau acheter des grands crus", souligne Hubert de Bouärd, propriétaire de Château Angélus, le premier à annoncer des prix en baisse de 40% (avec une bouteille à environ 70 euros HT pour le consommateur).