Vieilles Charrues à Central Park : les Bretons de New York "sont aussi énervés que nous"

  • A
  • A
Partagez sur :

Edition spéciale des Vieilles Charrues... dans Central Park ! Ce sera le 1er octobre. Jérôme Tréhorel, directeur général de l'association du festival, dévoile le projet.

INTERVIEW

Elles ont fêté leur 25 ans cet été. Les Vieilles Charrues ne comptent pas s'arrêter et se délocalisent à New York, à Central Park, samedi 1er octobre. Invité en mai 2015 à New York pour la Fête de la Bretagne, le patron des Vieilles Charrues de Carhaix a présenté le festival Outre-Atlantique. Et il y avait une forte demande des expatriés. "Ils voulaient montrer une image peut-être plus jeune, plus moderne, un peu moins bigoudène même si cela fait partie des charmes de la Bretagne", explique Jérôme Tréhorel, directeur général de l'association du festival, dans Europe 1 Music Club.

"Originaires du Centre-Bretagne". Aux Etats-Unis, "un événement qui réunit plus de 250.000 personnes chaque année et qui est monté par une association à but non lucratif" a l'allure d'une étrangeté. "Ils ne comprennent pas", s'amuse le directeur. "A la fin des présentations que j'animais, ils se sont dit que ça serait bien de faire quelques chose ici". Résultat ? "Les Charrues" seront sur la scène du summer stage de Central Park, avec à coup sûr des "Bretons new Yorkais" émoustillés de retrouver leur festival.

"Ces Bretons de New York, pour la majorité, sont originaires du Centre-Bretagne. Ils sont des voisins de Carhaix et de Gourin et c'était hallucinant de voir que certains étaient bénévoles il y a dix, quinze ans. D'autres avaient fait les cinq premières éditions et n'étaient pas forcément revenus depuis." S'il y a un lobby breton un peu partout, à "New York, ils sont au cœur de Manhattan, dans plein de secteurs d'activités et sont très implantés."

La scène du summer stage. L'ambition de remplir Central Park peut paraître audacieuse, voire vertigineuse. Jérôme Tréhorel rassure : "la scène du summer stage est un mini Vieilles Charrues, un cocon, monté de juin à octobre." Pas de vertige donc, mais plutôt l'idée de profiter de ce "lieu magique" qu'est Central Park avec "ces cousins bretons. Cela a été une vraie belle rencontre. Ils sont aussi énervés que nous depuis qu'on a créé les Vieilles Charrues." La proportion est bien sûr différente : si Carhaix a accueilli 278.000 festivaliers en juillet, la scène newyorkaise s'apparente plus à "un concert privé", avec entre 4.000 et 5.000 personnes attendues, dont 400 Bretons "qui vont venir faire la fête avec nous là-bas".

M, The Avener... Côté programmation, on retrouvera M, un habitué du festival, en tête d'affiche mais aussi The Avener, et... des Bretons : le groupe Celtic Social Club. Des places et packs sont toujours disponibles pour les expatriés, leurs amis, les nostalgiques du pays et les férus du festival.