Vian revivifié dans "On n'est pas là pour se faire engueuler"

  • A
  • A
Vian revivifié dans "On n'est pas là pour se faire engueuler"
Partagez sur :

D'Olivia Ruiz à Philippe Katerine en passant par Carla Bruni, Daniel Darc, Emily Loizeau ou les comédiens Jean-Louis Trintignant, Edouard Baer et Carole Bouquet, la scène française rend hommage à Boris Vian avec un double album de reprises également décliné sur scène.

Intitulé "On n'est pas là pour se faire engueuler" (AZ/Universal), ce double CD sort aujourd'hui, jour du 50e anniversaire de la mort de Vian. Créé les 9 et 10 juin aux Nuits de Fourvière à Lyon, le spectacle qui en est issu sera présenté Salle Pleyel à Paris aujourd'hui, puis le 11 juillet aux Francofolies de La Rochelle.

Ce double album, dont la direction artistique est assurée par le journaliste Olivier Nuc, se décompose en deux volets. Le premier, "Chansons probables" (en écho au disque de Vian "Chansons possibles et impossibles"), propose vingt reprises dans des arrangements modernisés. Parmi elles, des relectures de "On n'est pas là pour se faire engueuler" par un collectif notamment formé d'Olivia Ruiz, Matthieu Boogaerts ou Jane Birkin, "Je bois" par Katerine, "Blouse du dentiste" par Maurane, "Rock'n'roll mops" par Didier Wampas, "J'suis snob" par Michel Delpech ou "Le déserteur" par Juliette Gréco.

Le deuxième disque, "Chansons improbables, réunit des morceaux tirés de manuscrits de Vian. Ils ont été mis en musique par des artistes actuels comme Zebda ("C'est ici") ou Holden ("Il est tard"). Carla Bruni interprète "Valse des mannequins", composée par Alain Goraguer. Des comédiens lisent d'autres textes plus connus sur un fond musical, comme Edouard Baer ("Je voudrais pas crever") ou Jean-Louis Trintignant ("Je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale"). Ce dernier sera à l'affiche du spectacle de Pleyel, aux côtés d'Agnès Jaoui, Barbara Carlotti, Thomas Fersen, Arthur H, Adrienne Pauly, Carmen Maria Vega, François Hadji Lazaro et Merlot. Ce projet ambitieux est dédié à la mémoire d'Henri Salvador et Alain Bashung, qui auraient dû y participer.