Vagin de la reine : les tags antisémites ne sont plus visibles

  • A
  • A
 Vagin de la reine : les tags antisémites ne sont plus visibles
@ FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :

La justice a ordonné samedi à l'équipe d'Anish Kapoor de recouvrir les tags antisémites inscrits sur le "Vagin de la reine".

Les tags antisémites inscrits sur la sculpture d'Anish Kapoor installée au Château de Versailles ont été masqués dès samedi soir par du tissu noir à la demande de la justice, a-t-on appris dimanche auprès de l'établissement. Le tribunal administratif de Versailles avait ordonné samedi au Château de Versailles de faire cesser "sans délai" l'exposition au public des tags antisémites inscrits sur la sculpture d'Anish Kapoor installée dans le parc. Vendredi, l'Etablissement public avait annoncé que ces inscriptions seraient finalement "masquées" sous le contrôle de l'artiste. L'opération devrait commencer lundi et durer environ une semaine.

Une atteinte à l'ordre public. Le juge des référés, saisi vendredi par l'association Avocats sans frontières et un conseiller municipal (DVD) de Versailles, Fabien Bouglé, a estimé que les inscriptions portaient atteinte à l'ordre public et "en particulier à la dignité de la personne humaine".

Surnommée le "vagin de la reine", la sculpture monumentale, une trompe d'acier de 60 m de long à la connotation sexuelle évidente, a été vandalisée trois fois depuis juin, dont deux ces dernières semaines. La sculpture a été dernièrement dégradée le 6 septembre par de nombreuses grandes inscriptions à la peinture blanche : "La reine sacrifiée, deux fois outragée", "SS Sacrifice Sanglant", "le deuxième VIOL de la Nation par l'activisme JUIF DEVIANT". Ou encore "Juifs tradis et Kabbalistes: ce taré vous met en danger". Quatre jours plus tard, malgré les mesures de surveillance mises en place, la phrase "Respect Art as U trust God" ("Respecte l'art comme tu crois en Dieu") avait été inscrite en grandes lettres à la peinture rose sur la partie inférieure de "Dirty Corner".