Un Van Gogh saisi par les bolchéviques restera en Amérique

  • A
  • A
Un Van Gogh saisi par les bolchéviques restera en Amérique
L'exposition "Van Gogh Alive" à Warsaw en novembre 2015.@ WOJTEK RADWANSKI / AFP
Partagez sur :

La toile avait été saisie à la Révolution bolchevique. Le descendant de l'ancien propriétaire a été débouté de ses actions en justice pour la récupérer.

Il a tout tenté pour faire rapatrier la toile, en vain. L'oeuvre de Vincent Van Gogh pourra rester aux Etats-Unis, la Cour suprême ayant rejeté lundi l'appel du descendant d'un collectionneur russe qui exigeait sa restitution au motif que la toile avait été saisie par les bolcheviques.

Estimée à 200 millions de dollars. Pierre Konowaloff, un Français, voit ainsi s'éteindre son dernier espoir de récupérer Le Café de nuit, que l'artiste hollandais avait réalisé en septembre 1888, à Arles. La toile, estimée à pas moins de 200 millions de dollars, se trouve à la galerie d'art de l'université américaine de Yale. Cette oeuvre avait été la propriété du Russe Ivan Morozov, un amateur d'art au goût éclairé, qui amassa une énorme collection d’œuvres des plus grands peintres de la fin du XIXe et début du XXe siècle, lors de fréquents voyages à Paris.



Le parcours de la toile à travers l'Histoire. Ivan Morozov fut dépouillé de ses biens dans le sillage de la Révolution bolchevique. Ses collections furent nationalisées et devinrent donc propriété de ce qui allait devenir l'URSS. La peinture fut ensuite vendue en 1933 par les autorités soviétiques à une galerie de Berlin, puis elle se retrouva dans une autre galerie à New York, avant de rentrer dans la collection du magnat et mécène américain Stephen Clark, petit-fils de l'un des fondateurs de l'empire industriel des machines à coudre Singer. L'université de Yale, dans l'Etat du Connecticut (nord-est), est devenue propriétaire de l'oeuvre en 1961 au décès de Stephen Clark, lui-même ancien élève de la prestigieuse institution. Le tableau fait depuis partie des collections de la Yale University Art Gallery.

Un combat judiciaire entamé en 2000. Pierre Konowaloff, arrière petit-fils d'Ivan Morozov, mène depuis le début des années 2000 un combat judiciaire pour tenter de récupérer cette toile, estimant en être l'héritier légitime. La justice américaine l'avait toutefois débouté en première instance et en appel. Le Café de nuit, huile sur toile impressionniste, représente de façon crue et un peu triste l'ambiance d'un café au milieu de la nuit, autour d'un billard et d'un serveur figé, avec des rares clients qui semblent traîner leur solitude.