Un serpent de 12 mètres dans la nef du Grand palais

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après Christian Boltanski et Anish Kapoor, c'est au tour de Huang Yong Ping, l'un des pères fondateurs de l'art contemporain chinois, d'exposer ses oeuvres dans la nef du Grand Palais : un serpent géant de 12 mètres de haut et cinq mètres de long. 

"Empires". C'est le nom de l'installation du franco-chinois Huang Yong Ping qui occupe jusqu'au 18 juin la nef du Grand Palais, dans le cadre de la septième édition du cycle « Monumenta », débuté en 2007.

Des proportions délirantes. Pour l'occasion, la nef du Grand palais est transformée en zone portuaire. 305 containers de cargos colorés se hissent à 17 mètres du sol. Un pont mobile de 28,7 m de haut et 17 m de large surmonte la falaise de caisses métalliques. Et c'est dans cet environnement, que s'enroule et se déroule le squelette géant d’un serpent.


ok-okSERPENT-ILLUSE-2

Fait d'aluminium, la bête mesure 254 m de long, est constituée de 316 vertèbres et de 560 côtes en aluminium. Il pèse 133 tonnes. Un bicorne noir napoléonien, de 12 m de long et 5,5 m de haut lui fait face.


OKSERPENT-ILLUS-3


Une métaphore du pouvoir. "Les containers installent un étrange paysage dans lequel se glisse un serpent. Au milieu de tout ça on trouve le chapeau de Napoléon, dans des proportions immenses qui symbolisent la puissance. La taille est faite pour montrer le pouvoir comme un phénomène colossal. Les empires se succèdent, de Napoléon jusqu'à Google, sans jamais s'arrêter", analyse le commissaire de l'exposition Jean de Loisy. 

L'oeuvre est intrigante, et Huang Yong Ping laisse au public la libre interprétation de son installation :"Pour moi, il s'agit de prendre du recul et de proposer une œuvre qui renvoie à toutes les réflexions sur l'organisation du monde actuel", a-t-il expliqué au magazine Paris Match,

En 2012, l'artiste avait déjà réalisé dans l'estuaire de Loire, à Saint- Brévin-les-Pins, le squelette d'un serpent qui disparaît à marée haute.