Un journal télévisé sans journaliste ?

  • A
  • A
Un journal télévisé sans journaliste ?
Partagez sur :

Une équipe de chercheurs américains met au point un JT se fabriquant sans aucun journaliste ni présentateur.

Les présentateurs des JT devront-ils bientôt se trouver un nouveau métier ? Un centre de recherche de l'université NorthWestern aux Etats-Unis travaille en tout cas sur un journal télévisé se fabriquant sans aucun journaliste.

Ce projet très particulier, baptisé Les infos de 7 heures, est mis en place par le Laboratoire d'information intelligente, laboratoire de recherche de cette université. Un logiciel va chercher les informations sur des sites spécialisés et des blogs, analyse les données, les associe à des images ou des vidéos, et les retransmet sur le net via un personnage d’animation et un programme de synthèse vocale. Les internautes peuvent ensuite personnaliser le programme, choisir leur présentateurs parmi plusieurs avatars et les sujets qui les intéressent plus particulièrement.

En rodage depuis maintenant trois ans, ce JT très spécial rencontre surtout des difficultés avec la synthèse vocale. Ce procédé est pourtant maîtrisé depuis un certain temps, mais la voix rendue reste encore trop monocorde pour le spectateur. Le logiciel du traitement de l’information serait par contre, selon le directeur de ce laboratoire de recherche, beaucoup plus au point.

Les journalistes sportifs seraient aussi menacés, et à beaucoup plus court terme. Ce même laboratoire de recherche annonce en effet que son programme de génération d’articles sportifs est beaucoup plus au point. Baptisé "Stats Monkey" ("petit génie des statistiques"), ce logiciel traque tous les résultats, descriptifs et commentaires de joueurs sur le net d’un match donné. Il analyse ensuite les résultats, écrit un article d’une demi-page ainsi qu’un titre et une accroche et trouve une photo. Le tout en tout juste quelques secondes.

Pour M. Hammond, le directeur de ce laboratoire de recherche, ce système est valable pour "tout ce qui contient des données chiffrés brutes", comme l’économie. Plusieurs organismes de presse se seraient déjà montrés intéressés.