Tryo sur les migrants : "Ça peut être une chance de les recevoir"

  • A
  • A
Partagez sur :

Les quatre musiciens espèrent rassurer, via leur nouvel album Vent debout. Ils appellent à une "société ouverte".

INTERVIEW

Depuis plus de 20 ans, ils remplissent les salles. Le quatuor de Tryo (oui, ils sont bien quatre : Guizmo, Mali, Daniel et Manu) ont dévoilé le secret de leur longévité dans le Europe 1 Music Club, samedi : "On prend le temps de vivre entre les tournées. On passe du temps avec nos familles parce que c’est tout aussi important que la musique, voire plus." Mais c'est via la musique qui'ils font passer leurs messages. C'est plus que jamais le cas dans leur nouvel album, Vent debout.

Pas que des chansons fun. A l'inverse de leurs titres L'hymne de nos campagnes à la fin des années 90 et de Désolé pour hier soir, sorti en 2003, le groupe ne concocte pas uniquement des chansons rigolotes. Dans ce même album, il y a la chanson Serre-moi qui parle des relations homme-femme ou encore Pompe, qui s'en prenait (déjà) à Bolloré, avec un certain sens précurseur.

Engagés. Le groupe, engagé, à l'art de mettre les pieds dans le plat. Ils aiment d'ailleurs Alain Souchon pour sa façon de "pointer du doigt certaines choses", avec tendresse. Son titre C'est déjà ça est une de leurs chansons préférées. "C’est une chanson qui a 10 ans, qui est toujours d’actualité" et qui rejoint leurs convictions. "On défend une société ouverte. Aujourd’hui avec ce qui se passe avec les migrants, on ne comprend pas pourquoi fermer les frontières, rejeter ce métissage culturel".

On est un peu dans une urgence. Tout le monde visionne Le Pen au deuxième tour. Si on peut réfléchir ensemble à aller dans une autre direction, ce serait pas mal

"Donner un autre discours". "Aujourd’hui on en accueille très peu en France et ça pose tout un problème alors que ça ne représente que quelques pour cents de ceux qui arrivent en Europe. Ça peut être une chance aussi de les recevoir. On est très mal quand on voit le climat ambiant. On est là aussi pour, à travers l’album et notre musique, donner un autre discours que celui qu’on a l’habitude d’entendre."

"Défendre un message". Ce message, ils l'adressent à ceux qui se sentent seuls parce qu’ils ne sont pas représentés. "Je ne sais pas si ça peut changer les choses, mais il y a des gens qui peuvent se sentir moins seuls. Ça peut paraître naïf mais on préfère défendre ce message là que celui qu’on entend sur les ondes dans lesquels on a les politiques de droite jusqu’à l’extrême droite et les intellectuels, Finkielkraut, Zemmour."

"L'urgence" de la présidentielle. En 2000, une parole de leur chanson Les extrêmes disait : "les extrêmes, c’est toi quand tu ne vote pas." Ils ont ajouté le titre à la liste qu'ils jouent dans leur concert depuis l'été. "On est un peu dans une urgence. Tout le monde visionne (Marine) Le Pen au deuxième tour. Si on peut réfléchir ensemble à aller dans une autre direction, ce serait pas mal", soulignent les musiciens. Ils ont aussi constaté que des militants de droite venaient à leurs concerts. "C’est encore une des raisons pour lesquelles, sur Vent debout, on a privilégié les chansons à message. Ces personnes-là, il faut aussi parfois les rassurer."