"Tous les hommes de roi" et "Sept jours avant la nuit" : les coups de cœur des libraires

  • A
  • A
"Tous les hommes de roi" et "Sept jours avant la nuit" : les coups de cœur des libraires
@ AFP
Partagez sur :

Chaque week-end, des libraires partagent leurs coups de cœur, dans "La voix est livre" avec Nicolas Carreau.

L'AVIS DE

Chaque semaine, des libraires extraient des pépites de leurs rayonnages. Ce samedi, Stanislas Rigot, de la librairie Lamartine à Paris et Anna Schulmann de la libraire L'Ecriture à Vaucresson (Hauts-de Seine), qui nous dévoile ses choix, dans La voix est livre, sur Europe 1.


Tous les hommes de roi de Robert Penn Warren, chez Monsieur Toussaint Louverture

"Robert Penn Warren st l'un des plus grands romanciers américains du 20e siècle. Il a eu trois Prix Pulitzer. Dans ce livre, on est en Louisiane dans les années 1930. C'est l'histoire du gouverneur Stark qui veut faire tomber le juge Irwin qu'on dit irréprochable et incorruptible. Pour tenter d'y parvenir, Stark va demander à son fidèle valet, Jack Burden, d'enquêter et de déterrer des secrets enfouis dans le passé puisque d'après le mots du livre "l'homme est conçu dans le péché et dans la corruption. Il ne fait que passer de la puanteur des couches à la pestilence du linceul."

L'écriture est époustouflante. C'est Burden qui raconte l'histoire. Il raconte aussi l'Amérique des années 30. C'est un portrait féroce mais une oeuvre intemporelle, une vaste fresque politique, une grande comédie humaine. C'est un immense roman qui a, pour moi, la force d'un Faulkner et l'amplitude d'un Steinbeck." (Anna Schulmann)


Sept jours avant la nuit de Guy-Philippe Goldstein, chez Gallimard, série noire

"Guy-Philippe Goldstein est un jeun auteur qu'on avait découvert il y a quelques années avec un roman qui s 'appelait Babel minute zéro. Il revient là avec un formidable roman paranoïaque. C'est un roman policier mais le terme est réducteur. C'est davantage un grand thriller géopolitique. Le point de départ est simple : de nos jours, un groupuscule hindou menace de faire exploser à la bombe nucléaire - en prouvant qu'ils ont la capacité de fabriquer une bombe nucléaire - une des grandes villes du monde. Là dessus, on va traverser le monde entier avec plein de personnages, avec notamment une agent américaine qui est exfiltrée de Russie où elle était prisonnière et qui va mener l'enquête. Elle n'est l'héroïne mais pas l'unique personnage central, loin s'en faut. On est dans un jeu de dominos avec les accords entre Etats, la terreur informatique, la menace nucléaire. Ça rappelle les grands romans paranos des années 80 mais on part de l'Inde, c'est inédit et ça fait froid dans le dos. L'auteur installe une terreur dans le bouquin et on se dit à chaque page que ça va arriver.

Ce qui est génial aussi, c'est qu'il utilise les Américains non plus en gendarmes du monde mais en observateurs un peu impuissants, dirigés par une femme qui fait penser à Trump dans le côté "zéro perspective". Résultat : ceux qu'on a toujours vus comme les grands héros ou les grands faiseurs sont en second plan. Tout va se jouer ailleurs. C'est très original, ça va très vite." (Stanislas Rigot)