Sting en version baroque à Pleyel

  • A
  • A
Sting en version baroque à Pleyel
Partagez sur :

L’ex-leader de Police se produit mardi à la salle Pleyel. Bien loin des stades, il affiche son respect pour la musique classique.

Roxanne et Message in the bottle paraissent bien loin pour Sting. Le rockeur anglais, ancien chanteur et bassiste du groupe The Police, joue mardi soir à la salle Pleyel, à Paris. Cette unique date en France, dans la salle de l’Orchestre de Paris et de l’Orchestre philarmonique de Radio France, a de quoi dérouter. Mais Sting l’affirme clairement : il ne se prend pas pour un musicien classique.

"C’est un honneur d’être là, il y a une acoustique exceptionnelle, mais je ne suis pas un musicien classique. J’espère que les fans de musique classique vont apprécier (…) Je veux juste apporter quelque chose d’unique", a humblement confié la star au micro de Thomas Caussé, sur Europe 1.

La salle Pleyel, Sting connaît déjà, pour y avoir joué une date en février 2007, un an après la sortie de son premier opus lyrique, Songs from the labyrinth. Un style qui attire beaucoup l’artiste, qui cette fois interprètera les titres de If on a winter’s night ("Par une nuit d’hiver").

Un album en hommage à l’hiver, qui rassemble notamment, dans un univers entre la folk et le classique, des chants de Noël traditionnels, dont une version acoustique de Gabriel’s message, et la Cold Song de l’opéra baroque Le Roi Arthur de Purcell, rendue célèbre par le chanteur allemand Klaus Nomi. Des reprises mêlées à quelques chansons inédites, toutes interprétées par un ensemble de musiciens : harpiste, violoncelliste, violoniste, joueur de cornemuse, trompettiste et percussionniste.

A 58 ans, Sting dit en avoir terminé avec la période Police. Si le groupe s’était réuni en 2007 et 2008 pour une tournée mondiale de 152 dates dans des stades, dont le Stade de France, son leader a confié au magazine Mojo, en octobre dernier, qu’il ne se reformerait plus. Après une telle exposition, l’artiste préfère se faire rare. Ainsi, la seule date programmée après Paris est le Festspielhaus de Baden Baden, en Allemagne, jeudi.