Sécurité : la ministre de la Culture n'exclut pas de pérenniser l'aide aux festivals

  • A
  • A
Sécurité : la ministre de la Culture n'exclut pas de pérenniser l'aide aux festivals
@ Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Partagez sur :

De nombreux festivals et des salles de spectacle ont bénéficié cette année d'une aide exceptionnelle de l'État pour faire face aux surcoûts engendrés par le renforcement de la sécurité.

La ministre de la Culture Audrey Azoulay n'a pas exclu samedi de pérenniser, "s'il le faut", le fonds de soutien mis en place cette année pour aider les festivals à faire face aux surcoûts liés à la sécurité. "On s'adaptera et s'il le faut ça rentrera de façon pérenne dans nos dépenses", a-t-elle indiqué à la presse à l'occasion d'un déplacement aux Francofolies de La Rochelle.  De nombreux festivals et des salles de spectacle ont bénéficié cette année d'une aide exceptionnelle de l'État pour faire face aux surcoûts engendrés par le renforcement de la sécurité.

Un fonds dont ont bénéficié plus de 220 structures. Au début de l'été, le ministère de la Culture avait porté à 14 millions d'euros la dotation de ce fonds d'urgence pour le spectacle vivant mis en place après les attentats de novembre et abondé à l'origine à hauteur de 7 millions d'euros. Un fonds dont ont bénéficié plus de 220 structures, selon le ministère.  La ministre de la Culture, qui avait encouragé vendredi le maintien des manifestations culturelles au lendemain de l'attentat meurtrier de Nice du 14-Juillet, a rappelé que les mesures de sécurité avaient été renforcées sur tous les événements en raison des attentats de novembre.

"Un besoin du public de se retrouver autour de la musique, du théâtre". "Il y a une forte présence du public (dans les festivals cet été). Je sens plutôt une envie, un besoin du public de se retrouver autour de la musique, du théâtre", a observé Mme Azoulay. Dans un discours prononcé auparavant devant des officiels et des représentants de la filière musicale, la ministre de la Culture s'était félicitée que "les Francofolies rassemblent dans une période de deuil". "Il était très important de maintenir le festival avec cette minute de silence" vendredi soir, selon elle. Samedi soir, à 20h15, c'est "une minute de bruit" et d'applaudissements qui a été demandée aux milliers de spectateurs de la grande scène avant le concert de Caravan Palace, sous les yeux de la ministre et de certains artistes dont Nolwenn Leroy ou Dick Annegarn.