Renaud : "les mots m'ont guéri"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le chanteur rebelle, de retour avec un nouvel album, s'est longuement confié à Thomas Sotto. Alcoolisme, politique, musique... il n'a rien éludé. 

"De nouveau vivant, à nouveau debout". Voilà comment Renaud se qualifie, en référence au titre du premier single de son nouvel album tant attendu Toujours vivant, toujours debout. Le chanteur, très discret médiatiquement et, surtout, musicalement, ces dernières années, s'est longuement confié à Thomas Sotto vendredi matin sur Europe 1.

"Je n'ai plus jamais peur de replonger". Comment interviewer Renaud sans parler de son addiction à l'alcool, ce "poison" qui lui a coûté "dix ans d'errance, dix ans à me perdre dans les brumes anisées de l'alcool marseillais". "Mon retour, fracassant semble-t-il, ressemble étrangement à mon retour en 2002 avec Boucan d'enfer, Manhattan-Kaboul et Dr Renaud, Mister Renard où je revenais aussi d'une période de dix ans d'alcool, de dépression, paranoïa, hypocondrie, de mal-être", confie-t-il. Mais tout cela est désormais fini. "Je n'ai plus jamais peur de replonger. J'en fais le serment devant Dieu, devant les hommes. Plus jamais je ne replongerai", jure-t-il.

"Finalement, ce n'est pas si difficile d'écrire des chansons".Son retour sur le devant de la scène, Renaud le doit en grande partie à un homme : Grand corps malade. "Il est venu me voir dans mon petit village de l'Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse pour une chanson, que j'ai écrite. Je me suis dit que finalement, ce n'était pas si difficile d'écrire des chansons. Il suffit de prendre un stylo, une feuille blanche et de livrer son coeur, son âme, ses envies, ses amours, ses colères... Et j'en avais pas mal accumulés". Le résultat sont ces douze chansons, "dont une 'cachée' sur l'album". 

Une chanson pour Johnny ? "Depuis que j'ai écrit cet album, j'ai écrit douze chansons pour enfants, pleines de gros mots comme ils aiment. Je vais faire ça pour Noël. Mais pas seulement !", assure le chanteur. Car s'il écrit d'abord pour lui, Renaud avoue avoir, "comme des dizaines d'autres, tenté de placer une chanson pour Johnny Hallyday, Johnny Cash Blues". "C'est une chanson qui lui va bien, qui lui colle bien à la peau et dont j'attends une réponse incessamment". 


Renaud a écrit pour Johnny "et douze chansons...par Europe1fr

"L'époque a changé et j'ai changé". Quarante ans après Hexagone, chanson dans laquelle il tapait sur les policiers, Renaud propose cette fois une chanson plus douce à l'égard des forces de l'ordre : J'ai embrassé un flic. "L'époque a changé et j'ai changé. J'ai mûri, j'ai vieilli, j'ai pris des coups dans la gueule, j'ai reçu beaucoup d'amour... J'ai un regard différent sur la police aujourd'hui que j'avais il y a quarante ans, quand je leur balançais des pavés à tour de bras". Pour autant, il avoue n'avoir "aucun regret, aucun remord". Ces chansons, "je les chanterai sur scène toujours. J'ai une hâte, un enthousiasme complètement fou à l'idée de remonter sur scène", confie-t-il encore.

Renaud et la "politique infâme" de François Hollande. Questionné sur la politique socialiste, Renaud clarifie d'abord un point : "Je n'ai jamais été un militant socialiste acharné. J'ai été mitterrandiste, mitterrandolâtre comme disaient mes détracteurs". Avant de se faire plus saillant sur la politique actuelle. "Les deux François n'ont pas grand-chose en commun, à part peut-être l'honnêteté", reconnait-il. "Mais cette honnêteté se caractérise par une politique infâme. Je pense à cette légion d'honneur remise à un ministre de cette monarchie pétrolière du Moyen-Orient qu'est l'Arabie saoudite. J'ai trouvé ça honteux. Je pense à la réforme du code du Travail qui va nous foutre toute une jeunesse à la rue. Ce n'est plus une politique de gauche, quoi", s'emporte Renaud.

En cas de duel Sarkozy-Le Pen, "j'irai à la pêche à la ligne". Le chanteur est également revenu sur les articles qui faisaient de lui un futur soutien de François Fillon pour la présidentielle de 2017. "Sauf en cas de duel entre Fillon et Marine Le Pen. Bien évidemment, j'irai voter Fillon, comme j'ai voté Chirac en 2002, ce qui était un peu une hérésie pour un homme de gauche, mais j'ai voté pour un républicain, pas pour un petit fasciste. Mais je n'irai pas si c'est Sarkozy, j'irai à la pêche à la ligne".

"Je ne soutiendrai personne", assure-t-il. Sauf Nicolas Hulot, "l'homme providentiel". "J'irai les yeux fermés lui chanter La ballade nord-irlandaise ou Le déserteur, un hymne anti-militariste. Mais il ne se présente pas malheureusement".

Mistral gagnant, une chanson "inintéressante". Invité enfin par Thomas Sotto à raconter la genèse de sa chanson culte Mistral gagnant, Renaud a expliqué qu'il n'avait pas tout de suite saisi la portée de ses mots. "Je la trouvais inintéressante. Je me disais que le public n'en aurait rien à faire de mes histoires de bonbecs de mon enfance. J'ai appelé ma femme en lui disant que j'avais terminé mon disque avec une petite chanson rajoutée. Je lui ai chantonné Mistral gagnant au téléphone, ma guitare sur les genoux, et elle m'a dit : 'si tu ne l'enregistres pas, je te quitte'. Alors je l'ai enregistrée, et ça a été la magie de ces mots. J'aime bien la fin surtout : 'le temps est assassin et emporte avec lui le rire des enfants, et les Mistral gagnant'".