Prix littéraires : pourquoi Gaël Faye est-il dans (presque) toutes les sélections ?

  • A
  • A
Prix littéraires : pourquoi Gaël Faye est-il dans (presque) toutes les sélections ?
Le premier roman de Gaël Faye est sélectionné pour les prix littéraires les plus prestigieux@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Connu avant tout comme rappeur franco-rwandais, Gaël Faye s'est fait une place de choix dans de nombreuses sélections de prix littéraires avec son premier roman, Petit pays. 

C'est la première fois qu'il écrit un roman et pourtant Gaël Faye s'est retrouvé, avec Petit Pays (chez Grasset), dans les sélections les plus prestigieuses des prix littéraires : Goncourt, Médicis, Renaudot, Fémina, Grand prix du roman de l'Académie française et Interallié. Le Franco-rwandais a même remporté le premier prix de la saison, celui du roman Fnac. Si le monde littéraire s'étonne de ce succès soudain, le principal concerné est sans doute le plus surpris dans cette histoire. Quels sont les éléments qui font de Gaël Faye l'événement littéraire de la rentrée d'automne ?

Un récit terrible à travers les yeux d'un enfant. Ce qui frappe dans ce roman, c’est le mélange d’insouciance propre au personnage principal, Gaby, un petit garçon de 10 ans, et de gravité. "Le fait que ce soit une voix d'enfant rend le récit très accessible au public. Chacun peut se projeter à travers ce petit garçon qui raconte son paradis perdu", explique à Europe1.fr Catherine Nabokov, l'éditrice de Gaël Faye qui l'a poussé à écrire ce roman.

Pourtant le sujet du roman est loin d'être léger. À travers une joie de vivre évidente, le jeune garçon raconte tout de même le génocide du Rwanda depuis le Burundi où il s’est installé avec sa famille. "C'est un sujet original. Des livres sur le Burundi, je n'en connais aucun et encore moins centrés sur ce conflit. Sans vraiment entrer de plain-pied dans le drame, le roman en donne un écho qui en atténue la violence et nous permet de l'effleurer", renchérit l'éditrice.

Une histoire universelle qui traverse les frontières. "Dès que j'ai rencontré Gaël Faye qui est si charismatique, j'ai su qu'il y avait quelque chose de très fort en lui", confie Catherine Nabokov dans un souffle. Et elle n'est pas la seule à avoir été séduite par cet écrivain encore à ses début. Avant même de paraître en France, Petit Pays avait déjà été vendu à une vingtaine de maisons d’édition étrangères. En Allemagne, elles étaient même dix à se disputer les droits, rappelle Libération. Et en France, Petit Pays est déjà dans le trio de tête du classement des meilleures ventes de Livres Hebdo, derrière les habitués Amélie Nothomb et Eric-Emmanuel Schmitt. Sa maison d’édition, Grasset, a annoncé fin septembre qu’elle avait déjà écoulé 50.000 exemplaires, rapporte Le Figaro. Un succès assez rare pour un premier roman. 

Une grande marge de progression dans l'écriture. D'autant que l'écriture de roman n'est pas la première vocation du jeune homme. Il a commencé à écrire lorsqu’il est arrivé en France, à 13 ans après avoir quitté le Burundi. Sa première plume, il l’a consacrée au slam et au rap dans un atelier de la banlieue parisienne. Amoureux des mots, à 26 ans, il démissionne de sa confortable situation de trader à Londres pour se consacrer à la musique. C'est par ce biais que Catherine Nabokov a été séduite. C'est elle ensuite qui le pousse à se lancer dans l'écriture d'un roman.

"Il a un ton très simple et très sincère. C'est sans doute l'une des grandes forces de ce roman. Il y a un véritable équilibre entre la fluidité et l'exigence de l'écriture. Et pourtant il a encore une grande marge de progression pour l'écriture de ses prochains romans", professe l'éditrice. Mais pour le moment, pas de nouveau projet d'écriture à l'horizon. Malgré le succès que rencontre Petit Pays, Gaël Faye n’a pas renoncé à sa carrière de rappeur puisqu’il sera sur scène avec son groupe Milk Coffee & Sugar, dont il est cofondateur, en novembre prochain.