Pottermore ensorcelle les fans

  • A
  • A
Pottermore ensorcelle les fans
@ POTTERMORE.COM
Partagez sur :

Le site vient d’ouvrir ses portes à un million de privilégiés. Emoi chez les fans de Harry Potter.

Cela fait plusieurs mois que J.K. Rowling, l’auteure de la saga Harry Potter, fait planer le mystère sur le site Pottermore.com. Pendant de longues semaines, les fans du jeune sorcier n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Sur sa page unique, le site Internet indiquait simplement qu’il permettrait d’"explorer les aventures de Harry Potter comme jamais auparavant et de découvrir tout un tas d’informations inédites".

Le mystère a été levé lundi, tout du moins pour un million de personnes qui ont eu la chance d’obtenir un accès en avant-première au site, dont l’ouverture officielle est prévue en octobre. Une version beta donc, mais qui fait déjà beaucoup de remue-ménage dans la galaxie Potter. Le site, qui a déjà été vu plus de 22 millions de fois depuis son lancement, a connu un record de 50.000 connexions par secondes le 3 août, quand les fans du sorcier ont pu faire leur demande d’invitation.

18.000 mots d’anecdotes

Qu’ont découvert ces privilégiés ? Une promenade à travers l’univers de Harry Potter, suivant la progression de sa lecture. Comme le jeune sorcier dans le premier tome, le lecteur-internaute doit ouvrir un compte à la banque Gringotts, acheter une baguette magique chez Ollivander et faire sa rentrée à Poudlard. En progressant, de nouveaux contenus sont débloqués et ses compétences augmentent, avec l’apprentissage de sorts ou de potions.

Au fil des événements, l’internaute découvre également des informations inédites sur l’univers créé par J.K. Rowling. L’auteure aurait ainsi rédigé plus de 18.000 mots d’anecdotes pour compléter les sept tomes de la saga. Et ce n’est que le début, puisque Pottermore ne s’attarde pour le moment que sur le premier volume de la série.

Les fans conquis

Du côté des fans, c’est l’émoi. Ceux qui n’ont pas encore reçu leur invitation font grise mine, et les sites consacrés à Harry Potter s’efforcent de les rassurer, affirmant, comme La Gazette du Sorcier, que ces mails peuvent encore arriver.

Quant à ceux qui ont déjà pu se promener dans Pottermore, ils en sortent généralement ravis. Sur le site Univers Harry Potter, les commentaires fusent. Abernethie juge le site "très sympathique" et apprécie les informations dévoilées par J.K. Rowling, "passionnantes". Pour Mister O, qui n’en est "qu’au chapitre 2", "L'esprit est vraiment à la lecture parallèle du livre, avec des illustrations pour chaque moment clé des chapitres". Quant à Serenity, elle trouve le site "vraiment magnifique".

Stratégie marketing

Des copies d’écran circulent d’ailleurs déjà sur la toile, pour faire patienter ceux qui ne disposent pas encore du précieux sésame… Au grand dam de certains d’entre eux, allergiques aux "spoilers", ces informations qui gâchent le plaisir futur de la découverte.

Au final, ce site, gratuit, démontre une fois de plus le sens aigu du marketing de J.K. Rowling, la Britannique plus riche que la reine d’Angleterre. Avec Pottermore, elle incite les anciens lecteurs de la saga à se remettre à lire, et aux plus jeunes à se lancer, ce qui ne pourra qu’augmenter les ventes.

Mais surtout, Pottermore sera l’unique endroit sur la toile où il sera possible de se procurer les ebooks de Harry Potter. Maligne, J.K. Rowling a toujours refusé de céder ses droits numériques. Elle va donc se passer allègrement d’éditeur et de tout circuit de distribution pour vendre directement son best-seller en pixels. Elle seule pouvait se le permettre.