Paris : perché en haut d'un mât, cet artiste expérimente "l'enfermement pas le vide"

  • A
  • A
Paris : perché en haut d'un mât, cet artiste expérimente "l'enfermement pas le vide"
Par mesure de sécurité, l'artiste est évidemment harnaché. @ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

Performance insolite sur le parvis de la Gare de Lyon à Paris : un artiste a décidé de vivre six jours en haut d'un mât, seul et dans un strict dénuement.

Si vous passez par la Gare de Lyon à Paris, n'oubliez pas de lever la tête. Depuis lundi, un homme vit jour et nuit, perché en haut d'un mât à 15 mètres de hauteur, sur une surface de 90 cm par 1,60 m. Il s'agit en fait d'un artiste en pleine performance, Abraham Poincheval. Il ne descendra de cette curieuse vigie qu'à 19h samedi pour donner le coup d'envoi de la Nuit Blanche.

Le strict minimum vital. "C'est assez spartiate là-haut, une sorte de radeau des cimes", racontait-il à Europe 1 avant de grimper sur son mât. "Tout ce qui est pris, c'est le strict minimum. Il y a l'eau, la nourriture, les toilettes, toutes ces choses qui font qu'on arrive à tenir pendant une semaine". 

Enfermé par le vide. L'artiste n'a pas souhaité installer d'abris, il n'est donc pas du tout protégé de la pluie, du vent ou du soleil qui tape. "L'idée, c'est aussi d'être face aux éléments, de les vivre au quotidien", explique-t-il. Abraham Poincheval est un habitué de ce genre de performances. Il s'est déjà fait emmurer dans une capsule sous une galerie d'art marseillaise, a remonté le Rhône dans une bouteille et s'est même installé treize jours dans un ours empaillé. "J'ai déjà fait beaucoup de pièces d'enfermement. Ce qui m'intéressait, là, c'était d'être enfermé par le vide. C'est intéressant de dire que le vide est aussi un enfermement", précise l'artiste.

Six jours en solitaire que ce poète devrait savoir mettre à profit. "C'est un peu comme si vous étiez à la cime d'une montagne, comme si cette gare était aussi un bateau que l'on voyait venir des terres de la Nuit Blanche".