Orelsan : le patron des Francos "regrette" sa décision

  • A
  • A
Orelsan : le patron des Francos "regrette" sa décision
Partagez sur :

Gérard Pont a exprimé, mercredi, ses regrets suite à la déprogrammation, très polémique, du rappeur.

Gérard Pont, patron des Francofolies de La Rochelle, a regretté, mercredi, sur Europe 1, sa décision de déprogrammer le rappeur Orelsan. Ce dernier était au coeur d'une polémique suite à la diffusion sur internet du clip de sa chanson "Sale pute", qui lui avait attiré les foudres de nombreuses associations féministes. Afin que "le festival se passe sereinement", Gérard Pont avait annulé la venue du rappeur.

Il exprime, sur Europe 1, au micro de Mathieu Charrier, ses regrets et son souhait de voir Orelsan à l'affiche des Francos 2010 :

A l'annonce de l'annulation, l'affaire a pris de l'ampleur, de nombreux artistes criant à la censure. Le fondateur du festival, Jean-Louis Foulquier, a accusé Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, d'avoir exercé un chantage aux subventions pour pousser les organisateurs à déprogrammer le rappeur. Mais Gérard Pont affirme que sa décision n'a été guidée "ni par des pressions ni par une volonté de censure". "J'ai décidé tout seul, devant mon café à 8 heures du matin, d'annuler ce concert, sur un coup de tête", assure-t-il. "Ségolène Royal ne m'a jamais appelé", ajoute-t-il, se justifiant par la crainte d'une forte mobilisation policière autour du spectacle.

> Frédéric Mitterand a pris, mardi, la défense d'Orelsan