Olivier Marchal : "Benoît Magimel est le meilleur acteur de sa génération"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le réalisateur et ancien flic défend Benoît Magimel qui tient le rôle principal de son nouveau film, Carbone, en salles le 1er novembre.

INTERVIEW

Le CV d'Olivier Marchal est atypique. Comédien et réalisateur, il est aussi un ancien officier de la police judiciaire. C'est lorsqu'il était en couple avec l'actrice Michèle Laroque qu'il a sauté le pas vers les écrans. "Elle voyait bien que j’avais une frustration et elle m’a dit au moins d’essayer". Depuis, on lui doit notamment le film 36 quai des orfèvres et la série Braquo. Il revient mercredi au cinéma avec le film Carbone. Invité dans l'émission Ceci dit, le réalisateur a évoqué ce nouveau long-métrage et son acteur principal, Benoît Magimel.

"Des personnages attachants". Avec Carbone, Olivier Marchal se lance dans le polar financier. Il retranscrit histoire vraie d'une arnaque à la TVA sur fond de bilan carbone qui a coûté plus d’un milliard à la France. "J’ai reçu le scénario écrit par Emmanuel Nakach. J’ai réadapté, redialogué parce que je voulais faire de ses personnages des personnages attachants. Dans la première version, ils étaient assez antipathiques", confie le cinéaste. Il imagine donc l'histoire d’un petit chef d’entreprise qui est en passe de tout perdre et et qui plonge dans la combine. Ce rôle, Olivier Marchal l'a confié à Benoît Magimel.

Entendu sur Europe 1
J’ose dire que malheureusement pour lui, son mal-être le sert dans ce rôle-là. Il est à fleur de peau, il est tout le temps comme ça, il doute de tout.

"Le meilleur acteur de sa génération". Le choix peut étonner puisque l'acteur a lui-même défrayé les chroniques people et fait divers, notamment pour usage de stupéfiants. Mais le cinéaste s'en explique : "Benoît, il ne méritait pas cet acharnement disproportionné. On en a parlé, il est en train de se sortir de tout ça. Je pense vraiment que c’est le meilleur acteur en France actuellement, de sa génération. C’est un garçon très attachant, très gentil, très touchant", mais en proie à un mal être souligne le réalisateur. "Et j’ose dire que malheureusement pour lui, son mal-être le sert dans ce rôle-là. Il est à fleur de peau, il est tout le temps comme ça, il doute de tout", dépeint Olivier Marchal avant de conclure : "Il est mal dans sa peau, c’est un garçon qui permet d’être en empathie immédiatement."