Neuf ans après, Michel Polnareff de retour sur scène

  • A
  • A
Neuf ans après, Michel Polnareff de retour sur scène
Michel Polnareff à Epernay, samedi soir@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Le chanteur a signé son grand retour, samedi soir à Epernay, devant 5.000 spectateurs. La première date d'une tournée de quarante concerts. 

Dès les premières notes, Michel Polnareff frappe fort. Veste noire, longue chemise blanche, le chanteur commence par "Je suis un homme", "L'amour avec toi" et "La poupée qui fait non". Après neuf ans d'absence sur scène, "l'Amiral" est bel est bien de retour. "Merci les moussaillons ! Il y a des détracteurs dans la salle ? Ils sont derrière leur écran, hein ?", interroge le chanteur. Une référence explicite aux voix critiques qui se sont faites entendre lorsqu'il a annulé une partie de ses dates parisiennes, faute de spectateurs.

Deux heures de show. Contrairement à sa tournée triomphale de 2007, Polnareff ne jouait pas samedi soir à guichets fermés. Mais qu'importe. Devant un public de 5.000 personnes, la star a assuré un show à l'américaine de plus de deux heures, avec un jeu de lumières et une scénographie parfaitement huilées. "Il n'a rien perdu, tout y est : son humour, sa voix, sa musique", s'enthousiasme Josiane, dans la foule. 



Hommage à Prince. Si, à 71 ans, les cheveux bouclés du chanteur sont encore plus peroxydés, ses lunettes blanches et sa voix perchée dans les aigus n'ont pas bougé d'un pouce. La preuve sur "Lettre à France", interprétée en milieu de concert. Puis, main sur le cœur, tête basse, plongé dans une lumière violette, Michel Polnareff a laissé ses choristes rendre hommage à Prince sur le titre mythique "Purple Rain"

Deux rappels. Au moment de quitter la scène, le chanteur est ovationné par les spectateurs, après deux rappels et l'inévitable "On ira tous au paradis", repris en chœur par le public. Une quarantaine de concerts l'attendent encore dans toute la France, notamment à l'AccorHotels Arena, où, malgré les annulations, quatre dates sont toujours prévues.