Mustapha El Atrassi "n'a jamais été aussi heureux que dans les petites salles"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'humoriste remonte sur scène avec un stand-up intimiste, joué depuis le début de l'été au Point Virgule, célèbre petite salle parisienne.

INTERVIEW

Mustapha El Atrassi est de retour sur scène depuis le début de l’été avec son nouveau spectacle : Lecture Acte II. L’humoriste, monté sur les planches de l’Olympia à seulement 23 ans, a opté cette fois pour une salle beaucoup plus petite - Le Point Virgule à Paris - et une mise en scène très intimiste. "Je n’ai jamais été aussi heureux que dans les petites salles. Je suis devenu producteur, j’ai le choix sur tout ce que je fais", assure-t-il dimanche, au micro de la matinale d’Europe 1.

Une plus grande liberté. "Avant j’avais un producteur, j’étais produit, je devais répondre à un public, à une demande et je ne devais pas être trop segmentant", explique le "stand-upper" réputé pour son humour sans concession. "J’ai voulu me libérer de tout ça pour être moi au maximum […] C’est ça ma nouvelle démarche et la cohérence avec les petites salles que je choisi", poursuit-il. "Je ne cherche pas à plaire, il n’y a rien de racoleur, il n’y a même pas ma tête sur l’affiche de mon spectacle", souligne encore Mustapha El Atrassi.

Un rapport au public "plus compliqué". Un revirement dans sa carrière démarrée très tôt qu'une partie de son entourage, et même ses fans, ont parfois eu du mal à comprendre. "Les gens ont l’impression que c’est dur de jouer dans une grande salle et en fait, proportionnellement, non. Il faut réfléchir deux secondes : si devant 5.000 personnes tu fais une blague qui n’en fait rire que 10%, tu as 500 gars qui rient. Tu joues devant 80 personnes : c’est plus compliqué", explique l'ancien protégé de Laurent Ruquier.

"Je livre un truc et puis j’attends, je vois si les gens comprennent. Et ça se passe bien en ce moment !", se félicite-t-il. Néanmoins, l'humoriste n'entend pas resté éloigné des foules trop longtemps, et devrait, à partir de janvier 2019, se produire dans des salles parisiennes plus grandes.