Mort de Gérard Jouannest, compositeur de "Ne me quitte pas"

  • A
  • A
Mort de Gérard Jouannest, compositeur de "Ne me quitte pas"
Le compositeur (à gauche) a collaboré pendant dix ans avec Jacques Brel. @ UPI / AFP
Partagez sur :

Le compositeur de "Ne me quitte pas", chanté par Brel, et mari de Juliette Gréco, Gérard Jouannest, est mort mercredi à l'âge de 85 ans dans le Var.

Le pianiste Gérard Jouannest, compositeur de Ne me quitte pas et époux de Juliette Gréco, est mort mercredi à Ramatuelle, dans le Var, à l'âge de 85 ans, a fait savoir son entourage. Après des études de piano classique au Conservatoire de Paris, Gérard Jouannest a d'abord travaillé avec Jacques Brel, qui le pousse à devenir compositeur. En février 1968, il devient l'accompagnateur de Juliette Gréco, une collaboration qui ira bien au delà de la musique puisqu'il épousera la chanteuse en avril 1988.

Dix ans de collaboration avec Brel. Fils d'ouvrier, originaire de Vanves, Gérard Jouannest se destinait à une carrière de pianiste classique après avoir étudié notamment avec Yvonne Lefébure, épouse du compositeur Olivier Messiaen. La mort brutale de son père en décide autrement, et contraint de subvenir aux besoins de la famille : il entame en 1957 une carrière d'accompagnateur avec le groupe Les Trois Ménestrels. Par l'intermédiaire du producteur Jacques Canetti, Jouannest rencontre Brel alors à la recherche d'un accompagnateur. C'est le début de dix ans d'une collaboration parfois agitée, et marquée par la création de Ne me quitte pas, une des plus grandes chansons françaises, composée à quatre mains par les deux hommes. 

"Monsieur Gréco". Son talent de compositeur va prendre une nouvelle dimension avec Juliette Gréco pour laquelle Jouannest créera une centaine de mélodies. Surnommé "Monsieur Gréco" après son mariage avec l'ancienne égérie de Saint-Germain-des-Près, Gérard Jouannest avait fait appel, pour les derniers albums enregistrés par la chanteuse, à la nouvelle scène française Miossec, Benjamin Biolay et même au rappeur Abd Al Malik.