Michel Drucker : "Je suis gentil, bienveillant, mais je ne suis pas con"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'animateur publie Une année pas comme les autres, un livre en forme de journal. Il y raconte notamment que certaines personnalités médiatiques l'ont beaucoup déçu. 

INTERVIEW

Une année pas comme les autres, c'est le dernier ouvrage de Michel Drucker paru chez Robert Laffont. Invité du Grand Direct des médias, l'animateur de 73 ans, figure emblématique du paysage audiovisuel français depuis un demi-siècle, est revenu sur son livre, conçu comme un journal de l'année écoulée. "C'est Pascal Sevran qui m'avait donné envie" de l'écrire, raconte Michel Drucker qui évoque une année spéciale. L'animateur a fêté notamment ses 50 ans de télévision.  

Michel Drucker "un peu rattrapé par ses racines". "J'ai eu envie d'appuyer sur la touche pause et de regarder dans le rétroviseur avant la dernière ligne droite", précise Michel Drucker. L'animateur revient dans ce livre, notamment, sur ses origines juives, un sujet qu'il a rarement évoqué. L'affaire Merah, "je l'ai prise en pleine gueule", dit-il. Evoquant encore l'assassinat, en 2006, du jeune Ilan Halimi par le gang des Barbares, "tout ça est remonté petit à petit", raconte Michel Drucker, qui se sent aujourd'hui "un peu rattrapé par ses racines". Son livre se termine "au camp de Drancy", où son père, Abraham Drucker, a passé deux ans de sa vie. Cette visite a été pour Michel Drucker "un choc terrible".

"Je voulais simplement qu'on sache que je ne suis pas dupe". Michel Drucker revient aussi beaucoup sur sa carrière et ses rencontres dans Une année pas comme les autres. "La gratitude est une chose de plus en plus rare dans ce métier", écrit Michel Drucker dans son livre. "Il y a des gens célèbres, hommes politiques, chanteurs, acteurs, stars de télé, que j'aurais préféré ne pas connaître", assure-t-il, déçu par certains. "Je voulais simplement qu'on sache que je ne suis pas dupe", explique Michel Drucker qui insiste : "Je suis gentil, je suis bienveillant, mais je ne suis pas con". "On ne peut pas aimer tout le monde dans ce métier", conclut-il, un peu amer. Sa plus grosse déception ? "Ceux qui ne se sont pas bien conduits avec mon frère", quelque chose qu'il n'oubliera pas. Jean Drucker, dirigeant de télévision et père de Marie Drucker, est mort d'une crise cardiaque le 18 avril 2003.

 

Michel Drucker présentera "300 Choeurs pour + de vie !" vendredi à 20h50 sur France 3. Une émission au profit de l'opération "+ de Vie", campagne nationale de solidarité de la fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.