Metz : un photographe dénonce de nouvelles dégradations homophobes d'une exposition

  • A
  • A
Metz : un photographe dénonce de nouvelles dégradations homophobes d'une exposition
Dans la nuit de samedi à dimanche, douze photographies ont été recouvertes du mot 'Non' en lettres rouges.@ AFP
Partagez sur :

Pour la troisième fois en un mois, les photographies d'Olivier Ciappa ont été dégradées. 

Le photographe Olivier Ciappa a dénoncé lundi "un acharnement homophobe" et regretté "une banalisation" de l'homophobie après de nouvelles dégradations, pour la troisième fois en un mois, sur des photographies de son exposition "Les couples de la République" à Metz.

Dans la nuit de samedi à dimanche, douze photographies en noir et blanc, accrochées sur le quai Paul-Vautrin le long de la Moselle, ont été recouvertes du mot 'Non' en lettres rouges. Sur certaines d'entre elles, dont celles représentant les acteurs Grégory Questel et David Baïot, posant avec chacun un enfant dans les bras, ou les actrices Muriel Robin et Mireille Darc, le sigle AF a été apposé. Des autocollants de l'Action française, groupuscule d'extrême droite, ont aussi été découverts sur certaines bâches. "Ce qui est le plus choquant, c'est qu'on sent une vraie banalisation. On a accepté que l'exposition soit abîmée à nouveau", a réagi Olivier Ciappa.

Des couples enlacés, LGBT, hétérosexuels, anonymes, stars. Une autre série de photos, exposée en plein air dans le square du Luxembourg, avait été dégradée à deux reprises en juin. Des tags homophobes avaient été inscrits en rouge au début du mois et les clichés avaient été retirés de leur support, puis déchirés dans la nuit de mercredi à jeudi. L'exposition, organisée en plein air par l'association LGBT "Couleurs Gaies", montre des couples enlacés, LGBT anonymes, hétérosexuels et de stars.

Un "acharnement homophobe". Le président de l'association, Matthieu Gatipon-Bachette, s'attendait que cette exposition dérange. Mais qu'elle fasse "l'objet d'une attaque ciblée, revendiquée, c'est plus inquiétant", a-t-il estimé. "C'est un acharnement homophobe", a dénoncé Olivier Ciappa, rappelant que les passages piétons recouverts d'arc en ciel à Paris avaient été recouverts de peinture blanche et d'inscriptions homophobes quelques jours avant la marche des fiertés samedi.

Une "vraie tentative d''invisibilisation' d'une population". Le photographe associe ce vandalisme à "une vraie tentative d''invisibilisation' d'une population". "Les homosexuels, c'est 5 à 10% de la population et il y a 300.000 familles homoparentales en France. Quand on essaie d'exister un peu sur l'espace public, de faire partie de la société, il y a des personnes qui tentent de nous effacer", a regretté Olivier Ciappa. Les dégradations à répétition posent "la question de la visibilité des personnes LGBT sur l'espace public", a renchéri Matthieu Gatipon-Bachette. "C'est tout à fait légitime d'avoir une visibilité, d'autres ont un autre point de vue. On reste déterminé à dire que c'est possible", a-t-il dit.

Les photos seront à nouveau exposées, mais mieux protégées. Lors d'une réunion lundi après-midi en mairie avec l'association Couleurs Gaies et la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), "la volonté de déposer une plainte commune" a été évoquée, a précisé le service communication de la ville. La mairie et la Drac se sont engagées à financer la réimpression de toutes les bâches sur lesquelles sont imprimées les photographies. Celles-ci seront à nouveau exposées mais sur "un site procurant une visibilité accentuée et vidéo-surveillé", a-t-on ajouté. En 2015, cette même exposition avait déjà été vandalisée à Toulouse.