Mélanie Laurent : "J'avais très peur de faire une comédie"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'actrice française était dans Europe matin lundi, afin d'évoquer "Le Retour du héros", le nouveau film de Laurent Tirard, en salles mercredi.

INTERVIEW

Jean Dujardin et Mélanie Laurent : une association inédite pour une comédie au temps de la fin du règne de Napoléon Bonaparte. Dans Le retour du héros, de Laurent Tirard, l'actrice incarne Elisabeth, une femme sérieuse et honnête. Jean Dujardin est quant à lui le capitaine Neuville, un homme lâche et sans scrupules. Ils se détestent mais se retrouvent, un peu malgré eux, complices du même mensonge. Mélanie Laurent était dans Europe matin, lundi, pour évoquer le long-métrage.

"De la bonne fatigue". "J'avais très peur de faire une comédie", confie Mélanie Laurent au micro de Patrick Cohen. C'est en effet la première fois que la comédienne tient un vrai rôle comique. "J'avais réussi à être la seule qui n'était pas drôle dans le film Dikkenek (en 2006, ndlr)", ironise Mélanie Laurent. "C'est un grand marathon", souligne-t-elle au sujet du rythme exigé par un tel genre cinématographique, "il faut le savoir, s'y préparer : mais c'est de la bonne fatigue". 

Un projet difficile à monter. Mélanie Laurent ne tarit pas d'éloges au sujet du long-métrage de Laurent Tirard, en salles le 14 février. "Je ne pensais pas que j'aurais la chance, un jour, de participer à un film aussi beau, une comédie aussi intelligente, qui donne le sourire aux gens", indique-t-elle. Un projet qui a séduit l'actrice, mais difficile à monter. En effet, certains producteurs étaient plutôt frileux à l'idée de produire une comédie en costumes d'époque. "Il y a un tout petit acte résistant, en tant que spectateur, à aller voir ce film-là, car il a été difficile à monter", explique ainsi l'actrice. "Il faut qu'il puisse faire des petits. Une manière de dire aux producteurs que l'on n'est pas obligé de faire du low-cost tout le temps et de partir du principe que c'est ça que les gens veulent".