Marseille 2013 : une offre culturelle à la hauteur ?

  • A
  • A
Marseille 2013 : une offre culturelle à la hauteur ?
Le MuCEM, musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, qui ouvrira ses portes... en juin 2013.@ REUTERS
Partagez sur :

Marseille devient samedi, et pour un an, "capitale européenne de la culture". Europe1.fr a sondé les blogueurs phocéens.

Sur "Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture" beaucoup a été dit et écrit ces derniers mois. Mais entre le discours dithyrambique des organisateurs et de la ministre de la Culture et la critique systématique du Front des réfractaires à l'intoxication par la culture (Fric), la nuance n'a pas toujours été de mise.

Alors que Marseillais et touristes vont enfin pouvoir juger sur pièce à partir de ce week-end, Europe1.fr donne la parole à trois blogueurs marseillais. Quelles sont leurs envies, leurs attentes ? Ont-ils déjà des critiques, des regrets vis-à-vis de MP2013 ? Regards croisés sur l'événement de l'année, et peut-être plus, pour tout un territoire.

>> MP2013 : le programme 

"Il y aura forcément du bon"

lag

© Lagachon

Qui ? @L'Agachon qui observe la vie marseillaise" depuis son blog éponyme.

Etat d'esprit : résolument optimiste. "La grande quantité de l'offre m'a frappé", a-t-il confié à Europe1.fr. "Il y a tellement de choses proposées qu'il y aura forcément du bon", veut-il croire.

Des envies ? Le blogueur a déjà des coups de cœur par anticipation comme "This is (not) music" à la Friche belle de mai, une programmation - mixant art contemporain, musique, action sport, street art…- qui "a toute sa place à Marseille", se félicite-t-il. L'expo "Au bazar du genre, féminin/masculin" au musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) - qui n'ouvrira ses portes qu'en juin -  l'intéresse également vivement "car il y a beaucoup à dire sur le sujet en Méditerranée". Et puis il y a ce spectacle de danse contemporaine d'Abou Lagraa, El Djoudour (les racines) dont il a déjà vu une répétition publique et qu'il a trouvé "formidable". "Après, c'est vrai que je me fiche de savoir si c'est parisien ou barcelonais", reconnaît-il dans une allusion aux critiques initiales de Marseille 2013 OFF qui déplorait le trop peu d'artistes du cru dans la programmation. Partisan de l'éclectisme, il se réjouit de voir "des spectacles 'télérama'" comme d'autres "plus simples, plus populaires".

Un blâme ? "La quasi-absence de rap". "C'est très regrettable dans une ville comme Marseille", critique-t-il. Une opinion largement partagée par le milieu du rap marseillais. "Pendant la phase de candidature, on a été très sollicités et c'est le hip hop qui a permis de décrocher la sélection mais du jour où Marseille a été désignée capitale européenne de la culture, on ne nous a plus calculés", dénonçait ainsi encore récemment le groupe IAM.

"Des infrastructures qui resteront" mais "un accès à la culture inégal"

blog930220

© Blog quelconque

Qui ? Le twitto @ShriBenjamin. Auteur du "Blog quelconque", il est "Marseillais de naissance" et "militant socialiste".

Etat d'esprit : "Curieux et excité". "Je suis notamment assez impatient d'assister à la cérémonie d'ouverture".

Des attentes ? Côté expos, figurent déjà sur son agenda "Le trésor des Marseillais" au Centre de la Vieille Charité et "Méditerranées, des grandes cités d’hier aux hommes d’aujourd’hui" à la Joliette.

Un satisfecit ? "La villa méditerranée et le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) sont des infrastructures qui resteront", selon lui. "Dommage toutefois que les deux lieux ouvrent si tard dans l'année - la villa ouvrira mi-mars, le Mucem en juin - car cela fait davantage '6 mois de la culture' qu''année de la culture'", déplore t-il.

Un regret ? "L'accès à la culture dans une ville comme Marseille, ce n'est malheureusement vraiment pas pour tout le monde" regrette @ShriBenjamin. Le blogueur dit en avoir encore pris conscience en se rendant à une inauguration d'art contemporain à la Friche belle de mai récemment : "c'est là où je vis, c'est un secteur populaire et d'immigration, mais les gens que j'ai vu ce soir là n'avaient rien à voir avec ceux de mon quartier". D'après lui, la concentration des manifestations de MP2013 en centre ville risque de ne pas arranger les choses : "vu l'étendue de la ville et la qualité du réseau de transports, cela ne sera pas facile à certains de venir". Faut-il y voir une volonté d'écarter certaines populations ? A ses yeux, cela relève plutôt du "manque d'envie ou de moyens de les associer aux festivités".

La culture, un objectif secondaire ?

blog2

© Marseille internationale

Qui ? @nmaisetti, chercheur en sciences politiques et auteur d'une thèse sur l'internationalisation de Marseille, il tient le blog "Marseille internationale".

Etat d'esprit : attentif.

Une analyse ? L'un des volets de sa thèse portant sur la candidature de Marseille comme ville européenne de la culture, Nicolas Maisetti a largement étudié les objectifs du territoire dans cette démarche. Pour lui, ils rejoignent ceux d'"EuroMediterranee: L'Etablissement Public", lancé en 95 par l'Etat et les collectivités locales et présenté alors comme "la plus grande opération de Rénovation Urbaine d'Europe". Les objectifs ? Une triple volonté de "changer l'image de la ville, de la développer économiquement et d'accroître les relations de coopération entre les territoires". De là à dire que la culture n'a jamais été le but premier de Marseille-Provence 2013…