Manu Payet : "Budapest, c'est l'histoire de mecs qui inventent la boîte de Pandore"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

En salles mercredi, la comédie "Budapest", co-scénarisée par Manu Payet, raconte l'histoire vraie de deux Français qui lancent une société d'enterrements de vie de garçon déjantés à Budapest.

INTERVIEW

"C'est l'histoire de mecs qui organisent des enterrements de vie de garçon, pas des mecs qui vivent des enterrements de vie de garçon." Manu Payet insiste, mais la frontière est pourtant mince dans Budapest, qui sort en salles mercredi et dont il est le co-scénariste.

"Notre bureau, c'est la fête". Ce long-métrage, dans lequel jouent Jonathan Cohen, Monsieur Poulpe et Manu Payet lui-même, raconte donc l'histoire de Vincent et Arnaud, deux anciens étudiants d'une grande école de commerce, enfermés dans leur vie. Un jour, Vincent a l'idée qui va tout changer : créer une entreprise qui organise des enterrements de vie de garçon à Budapest, en Hongrie, où les boîtes de nuit pullulent et l'alcool coule à flots. Sur Europe 1 vendredi matin, Manu Payet résume, amusé : "Notre bureau, c'est la fête. Mais nous, on est les patrons. Il ne faut pas qu'on fasse la fête avec les gens qui sont venus pour ça. C'est le plus difficile à faire. (…) C'est l'histoire de mecs qui inventent la boîte de Pandore et qui perdent totalement le contrôle".

"J'ai testé toutes les activités". L'histoire est inspirée de la success-story de deux Français, anciens d'HEC, qui ont monté une entreprise d'enterrements de vie de garçon à Budapest. Avant l'écriture du scénario, Manu Payet a donc voulu tester l'offre. "Je me suis fait passer pour quelqu'un qui allait se marier la semaine d'après, et j'ai testé toutes les activités", raconte-t-il. Et de préciser dans un rire : "Figurez-vous que j'y suis allé avec ma femme. Mais elle était masquée !" Le comédien l'assure : "Il ne s'agissait pas tant d'aller danser avec des filles nues, mais plutôt de tester des activités comme le tir, la conduite de chars d'assaut". En clair, vivre la démesure.

Et pour la démesure, Manu Payet a été servi. "Je me suis retrouvé menotté à une femme très forte, dans tous les sens du terme. Elle m'a traîné dans une boîte de nuit toute la nuit et elle m'a fait boire de la vodka sur ses seins. Ça fait partie des activités qu'on impose aux mariés", se souvient-il. 

Un réalisateur de films d'horreur derrière la caméra. Dans le film, les références à Very bad trip sont évidentes, et parfaitement assumées par Manu Payet, qui a donc écrit le scénario. Initialement, le comédien devait d'ailleurs réaliser le film. Mais c'est finalement Xavier Gens qui s'est placé derrière la caméra. "Je m'étais donné trop de travail. J'étais en tournée avec mon spectacle, pensant que j'allais pouvoir faire les deux, et je me suis rendu compte avec les producteurs de Budapest que ça n'allait pas être possible. On est allés chercher quelqu'un qui, pour métisser un peu le casting, est un garçon très talentueux qui fait des films d'horreur".