Manu Katché s'est "un peu ennuyé avec Goldman" en tant que batteur

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le musicien star revient sur le début de sa carrière, quand il a préféré la variété au classique, au rock et au jazz, dans Europe 1 Social Club, présenté par Frédéric Taddeï.

Il y a le plaisir de jouer et les rencontres que l'on fait. Ces dernières ont forgé la carrière de Manu Katché. A l’occasion de la sortie de son nouvel album Unstatic, le célèbre batteur était l'invité d'Europe 1 Social Club lundi soir. Le musicien, qui sera aussi à l'Olympia le 7 avril, revient sur les choix qui l'ont conduit dans la lumière.

"J'avais un petit réseau, j'ai été recommandé". Tout juste diplômé du conservatoire de Paris dans les années 1980, Manu Katché décide d'opter pour la variété pour se lancer dans la vie active. Il adore la musique classique mais elle ne permet pas de combler son envie "de faire résonner les notes et les rythmes d'une certaine manière". L'ennui aurait pu le guetter. "Faire un groupe de rock ou monter un groupe de jazz" ne l’intéresse pas non plus mais il doit gagner sa vie. "J'avais un petit réseau, j'ai été recommandé et j'ai effectivement commencé à faire de la variété française, des tournées et des albums".

Il a joué avec Chedid, Goldman, Jonasz ou Souchon. A son tableau, il affiche des noms prestigieux, comme Jean-Jacques Goldman, Alain Souchon, Louis Chedid, Michel Jonasz... Mais un batteur peut-il pleinement s'exprimer au cœur de la variété ? "Ça dépend", répond, mitigé, l'artiste qui avoue "qu'effectivement", il s'est "un peu ennuyé avec Goldman".

"Alain Souchon a beaucoup de charme". Mais Manu Katché relativise. "On s'attache aussi au personnage. Un monsieur comme Alain Souchon a beaucoup, beaucoup de charme. Tout à coup, que l'on joue peu de batterie ou que ce soit peu intéressant rythmiquement, peu importe parce que l'écriture du texte est belle, et lui a beaucoup d'humour. On fait des rencontres personnelles et humaines et c'est ça qui est important, c'est aussi ce qui vous trace une carrière", résume-t-il. Cette carrière tracée a été définitivement lancée avec Peter Gabriel sur son album So en 1986. D'autres grands noms se sont ajoutés à son tableau de chasse - celui de Sting entre autres -, avant qu'il ne devienne un juré populaire de la Nouvelle Starentre 2004 et 2007 aux côtés d'André Manoukian, Dove Attia et Marianne James, et qu'il ne rafle plusieurs Victoires de la musique.