Malgré le conflit avec Chanel, World Tricot repart de plus belle

  • A
  • A
Malgré le conflit avec Chanel, World Tricot repart de plus belle
Partagez sur :

Ni l'assignation en justice de son ancien principal client, Chanel, ni la traversée du désert qui s'en est suivi n'auront eu raison de l'entreprise textile World Tricot. Sa fondatrice, Carmen Colle, a organisé à Besançon le premier défilé de sa marque Angèle Baptist.

"Oser créer une marque et porter une nouvelle marque, c'est oser sa liberté", a déclaré Carmen Colle, gérante de World Tricot, quelques heures avant le premier défilé de sa marque organisé vendredi soir à Besançon par l'association "Les Amis de World tricot". Sur le podium, la collection automne-hiver de prêt-à-porter haut de gamme "Angèle Baptist", a décliné une ligne de vêtements en maille à fort caractère.

Depuis sa création en 1990, l'entreprise haute-saônoise a sous-traité pour les plus grands noms de la haute couture, de Dior à Hermès en passant par Chanel, Jean-Paul Gaultier, Givenchy ou Kenzo.

Mais en septembre 2005, World Tricot a assigné en justice Chanel pour "contrefaçon et parasitisme" et "rupture abusive de relations contractuelles". World Tricot réclame deux millions d'euros de dommages et intérêts. Carmen Colle avait affirmé avoir reconnu l'un de ses modèles dans la vitrine d'une boutique Chanel lors d'un séjour à Tokyo.

Depuis le début du litige "l'entreprise reste fragile, aucune banque ne veut nous suivre", déplore la gérante qui peine à trouver de nouvelles sous-traitances dans l'habillement de luxe. A ce jour la date du procès n'est pas encore connue.

Consciente de ses atouts, la gérante de cette SARL qui avait vu le jour grâce à "un chèque de 20.000 francs" (3.000 euros) de l'abbé Pierre, et dont la finalité était de faire travailler des femmes en difficulté d'insertion, table aujourd'hui sur un nouveau départ d'Angèle Baptist, concrétisé par ce premier défilé qui lui semble "irréel".