"Maggie", plus qu'un film de zombies

  • A
  • A
"Maggie", plus qu'un film de zombies
Abigail Breslin, qui joue l'adolescente contaminée dans le film, se transforme progressivement en zombie.
Partagez sur :

HORREUR - Arnold Schwarzenegger joue un père qui cherche à venir en aide à sa fille infectée par un virus. L'adolescente se métamorphose progressivement en zombie.

Maggie, du réalisateur britannique Henry Hobson, sur les écrans mercredi, raconte l'histoire d'un père, incarné par Arnold Schwarzenegger, qui tente, par tous les moyens, de sauver sa fille. Celle-ci, infectée par un terrible virus, est en passe de se transformer en morte-vivante. Si Maggie s'inscrit dans la longue lignée des films de zombies, celui-ci prend des libertés avec le genre. Le drame notamment, prend le pas sur l'action.

Arnold Schwarzenegger dans un rôle émouvant ? Avec "Schwarzy" en père combatif, on s'attend plutôt à d'innombrables scènes d'actions. Mais le réalisateur a voulu s'éloigner un peu du cliché et privilégier la relation poignante entre un père, impuissant devant sa fille malade, qui tente par tous les moyens de l'arracher au cauchemar.

Abigail Breslin, qui joue l'adolescente contaminée dans le film, se transforme progressivement en zombie. Une originalité là encore, auquel tenait le réalisateur. Loin du "gore", le film s'intéresse à la détresse d'une cellule familiale, dans un contexte qui paraît réaliste. "Observer cette détresse, depuis le déni jusqu’à l’acceptation, s'emparer de cette famille est bien plus terrifiant que les effets sanguinolents, les tripes et les corps en putréfaction", souligne Colin Bates, l'un des producteurs de Maggie.

Découvrez la bande-annonce du film : 


"Maggie" de Henry Hobson, bande-annoncepar GQFrance

Lente transformation. Et pour plus de réalisme, la jeune Abigail Breslin a porté des lentilles, une coiffure et un maquillage différents pour chaque étape de sa lente et terrible transformation. "Il y avait les lentilles pour le stade 1 où les yeux sont un peu dans le vague et commencent à changer. Puis, il y a le stade 2 où les yeux sont cernés et le stade 2,5 avec les lentilles blanches, ce qui donne un super look mais je ne pouvais rien voir et donc je me cognais dans les murs et on devait me porter ou me guider d’un endroit à l’autre. Il y a ensuite le stade 3 avec des taches noires et 3,5 où les yeux de Maggie deviennent complètement noirs", se souvient l'actrice.