Madeleine Peyroux et son folk-jazz gracile à l'Olympia

  • A
  • A
Madeleine Peyroux et son folk-jazz gracile à l'Olympia
Partagez sur :

L'Américaine Madeleine Peyroux, chanteuse gracile qui évolue entre folk, jazz et blues, a publié en mars son quatrième album, "Bare Bones" (Rounder-Decca) et se produira lundi et mardi à l'Olympia à Paris.

Ses fans français attendaient sa voix tendre et fragile avec impatience. Madeleine Peyroux se produira lundi et mardi à l’Olympia à Paris. Musiques tamisées, toujours à la lisière du folk, du blues et du jazz, légers accents soul, sur "Bare Bones", son dernier album, Madeleine Peyroux franchit un cap : elle a écrit ou coécrit la totalité des chansons, qu'elle interprète.

Son premier album, "Dreamland", ses chansons aux atmosphères feutrées, ses vieilles rengaines et son côté suranné, provoquèrent en 1996 un énorme engouement et l'émoi de la critique : plus de 200.000 exemplaires vendus.


Mais le "pays du rêve" se transforma en cauchemar pour cette femme de 21 ans, trop fragile et éprise de liberté pour résister à la "pression" du succès et aux comparaisons avec la grande Billie Holiday. Elle disparut pendant huit ans, avant d'enregistrer en 2004 "Careless Love, un deuxième opus qui dépassa en France les 100.000 exemplaires vendus.

Madeleine Peyroux a ensuite publié deux autres albums, à commencer par "Half the Perfect World", qui fut aussi un succès, avec des reprises de chansons de Leonard Cohen ou Tom Waits. A Paris, elle en profitera peut-être pour interpréter sur scène "La Vie en rose" d'Edith Piaf ou "La Javanaise" de Serge Gainsbourg comme elle le fait parfois, elle qui rêve d'un album de reprises de chansons françaises.