Loulou de la Falaise est morte

  • A
  • A
Loulou de la Falaise est morte
Loulou de la Falaise est morte, à 63 ans, "des suites d'une longue maladie".@ Reuters
Partagez sur :

Muse d’Yves Saint Laurent pendant 30 ans, cette Anglaise extravagante incarnait le chic français.

La nouvelle est venue de la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent samedi. Loulou de la Falaise est morte, à 63 ans, "des suites d'une longue maladie" indiquait le communiqué évoquant une "immense tristesse".

Son vrai talent ? "Le charme"

"Le vrai talent de Loulou de la Falaise, en dehors de ses qualités professionnelles incontestables, c'est le charme. Particulier. Emouvant", disait d'elle Yves de Saint Laurent. "L'étrange pouvoir d'un don de légèreté, mêlé à une acuité irréprochable de son regard sur la mode. Intuitif, inné, particulier", estimait aussi le grand créateur disparu en 2008.

Le parcours de Loulou de la Falaise était intimement lié à celui de la maison Saint Laurent. Cette jeune anglaise un peu bohème a la vingtaine lorsqu’en 1968, tout juste débarquée à Paris, elle rencontre Yves Saint Laurent. Elle n’a alors qu’une vague idée de ce qu’est la mode et n’ambitionne absolument pas de devenir mannequin.

30 ans auprès d'Yves Saint Laurent

Louise Vava Lucia Henriette de la Falaise, de son vrai nom, deviendra pourtant rapidement une proche collaboratrice du grand couturier. Elle rejoindra la maison Yves Saint Laurent dès 1972 et restera aux côtés du créateur pendant 30 ans.

Inspiratrice d’Yves Saint Laurent, elle sera aussi créatrice de bijoux et chapeaux pour la maison de haute couture. En 2002 lorsqu’Yves Saint Laurent décide de mettre fin à sa carrière, Loulou de la Falaise lance sa propre marque et collabore avec différents groupes en créant des lignes de bijoux. "Les accessoires ont un rôle important dans nos vies stressantes. Si vous sortez dîner et que vous n'avez pas le temps de rentrer vous changer, vous pouvez enlever votre veste et mettre un bijou. C'est beaucoup plus facile que de porter une robe de soirée dans le métro!", avait-elle eu l'occasion d'expliquer.