"Long-Ma", le cheval dragon de Nantes, part en voyage

  • A
  • A
"Long-Ma", le cheval dragon de Nantes, part en voyage
@ Emmanuel Bourgeau
Partagez sur :

PREMIERS PAS - Pour célébrer 50 ans de relations diplomatiques entre la France et la Chine, cette machine monumentale, et mobile, va faire le voyage jusqu'à Pékin. 

C'est une créature mi-cheval mi-dragon. "Long-Ma", une immense machine conçue par la Compagnie La Machine, à Nantes, a fait ses premiers pas, par surprise, devant ses ateliers de conception et devant des Nantais ébahis. C'est là que sont construites les désormais incontournables (et monumentales) "machines de Nantes". Cette nouvelle créature, imaginée pour célébrer le cinquantenaire de l'ouverture des relations diplomatiques franco-chinoises, va faire le voyage jusqu'à Pékin, avec son concepteur, François Delarozière et son équipe. Là bas, elle affrontera… une araignée géante. François Delarozière nous dévoile les secrets de sa machine merveilleuse.



Une créature symbolique. "Long-Ma" pèse 47 tonnes et a été réalisée en moins d'un an, un exploit.



Pour remplir sa mission à Pékin, la machine créée devait séduire les Chinois. Dans la mythologie chinoise, la déesse Nuwa a fait appel au dragon "Long-Ma" pour "réparer" le ciel. François Delarozière a donc choisi une figure hybride, croisement entre deux créatures emblématiques : le cheval, car la Chine célèbre actuellement l'année du cheval, et le dragon, symbole fort.



>>> A lire aussi - Et l’attraction la plus originale au monde est …

"Long-Ma" crache du feu et cligne des yeux. Ses concepteurs ont eu recours à une technologie de pointe pour fabriquer cette nouvelle machine. "Long-Ma" est ainsi capable de "galoper, de se cabrer, de se coucher ou encore de reculer", explique François Delarozière. "Ses yeux aussi, s'ouvrent et se ferment et son cou est mobile. De la fumée sort de ses naseaux et "Long-Ma" est même capable de cracher du feu", détaille son concepteur. Pour imiter la respiration, sa cage thoracique se gonfle.  Mais ce n'est pas tout. "Il tire la langue, il bouge ses oreilles et peut même transpirer", explique encore François Delarozière à Europe 1. "Il a des sortes de branchies qui se déploient. Sa queue, faite à partir de 80 queues de vrais chevaux, en crin véritable, est elle aussi, capable de bouger."



17 personnes à la manœuvre. La Compagnie La Machine a fait appel à des partenaires industriels pour la partie automatique, semi-automatique et pour la programmation automatisée. "Le bois utilisé, de couleur jaune orangé, est un bois spécial", révèle François Delarozière "et la machine est équipée d'un moteur hybride mi-électrique mi-thermique. Pour la diriger, il faut 17 personnes : 15 dessus et deux au sol", confie son concepteur. "Ce sont ses constructeurs ou des comédiens de la Compagnie, habitués à son fonctionnement, qui la manipulent."

Que le meilleur gagne. Du 17 au 19 octobre, le dragon géant affrontera, fort de ses canons à eaux et de sa machine à brouillard, une araignée géante à Pékin, tout près de la Cité Interdite. L'araignée, elle aussi sortie des ateliers de la Compagnie La Machine, symbolisera les ténèbres face au "cheval lumière". Après son combat, le dragon "Long-Ma" ne rentrera pas en France : "la Chine va en faire l'acquisition", révèle François Delarozière, qui a donc l'intention de former ses acquéreurs chanceux à son utilisation.