Les Molières 2011, avec un Fil à la patte

  • A
  • A
Les Molières 2011, avec un Fil à la patte
Guillaume Gallienne a notamment reçu le Molière du comédien dans un second rôle.@ MAXPPP
Partagez sur :

La 25e cérémonie des Molière a couronné la pièce de Feydeau, jouée à la Comédie-Française.

Ce n’est qu’une demi-surprise. Le désormais classique Fil à la patte de Georges Feydeau, mis en scène par Jérôme Deschamps, a récolté dimanche tous les lauriers, lors de la 25e cérémonie des Molières, retransmise en direct sur France 2 depuis la Maison des arts de Créteil.

La pièce de Feydeau, qui a fait salle comble cette saison à la Comédie-Française, s’est vu attribuer deux récompenses de taille : le Molière du théâtre public et celui du comédien, décerné à Christian Hecq. Ce dernier interprète dans la pièce Bouzin, un minable clerc de notaire qui déclenche des cascades de rires à chacune de ses apparitions sur scène. Il avait reçu en 2000 le Molière de la révélation masculine pour son interprétation dans une autre pièce de Feydeau, La Main Passe.

Le comédien Guillaume Gallienne a quant à lui reçu le Molière du comédien dans un second rôle également pour son jeu dans Un fil à la patte. Il concourrait dans cette catégorie avec Thierry Hancisse, qui joue le Général dans la même pièce.

Le Molière du jeune talent féminin a été décerné à Georgia Scalliet, de la Comédie-Française, pour son rôle dans Les trois soeurs, de Tchekhov, mis en scène par Alain Françon.

Rêve d’automne plébiscité

La pièce du Norvégien Jon Fosse Rêve d'Automne, mise en scène par Patrice Chéreau au Théâtre de la Ville, a été récompensée par trois Molières, dont celui de la comédienne dans un second rôle, décerné à Bulle Ogier.

La pièce, nommée sept fois, a aussi reçu le Molière de la créatrice lumière et celui du décorateur scénographe.

Le repas des Fauves de Vahe Katcha, donné au Théâtre Michel dans une mise en scène de Julien Sibre, a reçu le Molière du théâtre privé et celui du metteur en scène, tandis que Ma chambre froide de Joël Pommerat et sa compagnie Louis Brouillard, a reçu le Molière de la compagnie et celui de l'auteur francophone vivant.

Ambiance bon enfant

Avec Michel Galabru en président d'honneur, la 25e cérémonie ne pouvait être triste. "Maintenant on ne me dit plus, quand je sors de scène ‘oh, quel joli talent’, non, non, on me dit ‘soignez-vous bien’", a notamment ironisé depuis la tribune le comédien âgé de 88 ans.

Mais l'un des moments les plus cocasses de la cérémonie a été l'interprétation humoristique par le comédien et metteur en scène Michel Fau, de Quelqu'un m'a dit, chanson à succès de Carla Bruni, en présence de la mère et de la soeur de la première dame, Valeria Bruni-Tedeschi.

Mimant une Castafiore sur le retour, habillé d'une robe violette excentrique, le comédien, outrageusement maquillé, a interprété, usant d'aigus et de mimiques, le tube qui avait lancé le premier album de la désormais Première dame de France.

Hommage à Peter Brook

Un hommage émouvant a en outre été rendu au metteur en scène britannique Peter Brook pour son action au théâtre parisien des Bouffes du Nord, dont il a quitté la direction l'automne dernier.

S'aidant d'une canne, il a été conduit sur le tapis rouge par Juliette Binoche qui lui a remis un Molière d'honneur.

Enfin, au nom de la CGT des acteurs du spectacle, une représentante a interpellé le ministre de la Culture et de la Communication, Fréderic Mitterrand, présent à la cérémonie, lui demandant "la reconnaissance avec le vote d'une loi qui affirme l'importance de l'art dans notre société", ainsi que l’amélioration du statut des intermittents du spectacle.