Les Journées du Patrimoine attirent les foules

  • A
  • A
Les Journées du Patrimoine attirent les foules
Partagez sur :

Au total, quelque 15.000 églises, châteaux, parcs, usines restent ouverts ce dimanche.

Les 26èmes Journées du patrimoine, organisées ce week-end sur le thème d'un patrimoine "accessible à tous", ont battu leur plein samedi. La journée a été ouverte par le ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, qui a fait visiter son ministère et montré son bureau sur lequel les visiteurs ont pu apercevoir les portraits de Nicolas Sarkozy et de François Mitterrand. Le programme de l'opération se poursuit ce dimanche.

Cette année, un soin tout particulier a été porté à l’accueil des personnes souffrant d’un handicap dans un maximum de lieux. Au total, quelque 15.000 églises, châteaux, parcs, usines ouvrent leurs portes pour ces Journées, organisées dans 49 pays européens.

Nicolas Sarkozy est venu saluer la foule qui, comme tous les ans, se pressait à l'Elysée. "Ici, c'est la maison de la République", a-t-il dit. Il a salué à cette occasion la "très très bonne idée" de Jack Lang qui, lorsqu'il était ministre socialiste de la culture, avait lancé ces journées, en 1984. Pourtant l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, qui accueillait les visiteurs dans son château d'Estaing (Aveyron), a affirmé que les premières journées du patrimoine s'étaient déroulées en septembre 1980, c'est-à-dire sous sa présidence.

A Toulouse, huit associations ont décidé de "mettre en lumière" le quartier dit sensible du Mirail, qu'elles considèrent comme un "site emblématique de la mémoire et du patrimoine culturel de l'immigration", avec un parcours visuel et sonore et des randonnées urbaines.

A Paris, la visite du cabaret Le Moulin Rouge, qui fête ses 120 ans, a rencontré un franc succès.

Des visites guidées "sensorielles", "tactiles" ou en langue des signes ont été organisées dans plusieurs régions de France. Ainsi le musée du vin et du négoce de Bordeaux a organisé des visites guidées dans ses caves voûtées pour aveugles et mal-voyants, qu'ils découvrent à travers un parcours tactile.

Les Journées du patrimoine sont également l'occasion pour certains de protester contre la "précarité professionnelle et sociale" des personnels des monuments nationaux et des services et des établissements du ministère de la Culture. Des tracts ont ainsi été distribués près des grands monuments de Paris. A l'Assemblée nationale, un groupe d'action féministe, La Barbe, a dénoncé avec humour du haut de la tribune de l'Assemblée l'absence des femmes dans les lieux de pouvoir. Une oratrice avec une barbe postiche a ironiquement dénoncé la "féminisation" du pouvoir devant le public qui visitait l'hémicycle.