Les intermittents menacent de perturber "Phédre(s)" après avoir été éloignés de la place de l'Odéon

  • A
  • A
Les intermittents menacent de perturber "Phédre(s)" après avoir été éloignés de la place de l'Odéon
Plusieurs dizaines d'intermittents occupent l'Odéon depuis dimanche soir.@ PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :

Réunis en assemblée générale à Paris sur la place de l'Odéon, plusieurs centaines d'intermittents ont appelé à bloquer la représentation de "Phèdre(s)" au théâtre de l'Odéon, à partir de mardi.

Plusieurs centaines d'intermittents, réunis en assemblée générale à Paris sur la place de l'Odéon, ont été éloignés lundi soir par les forces de l'ordre et menacent en conséquence de perturber les représentations de Phèdre(s) à partir de mardi, a indiqué un de leurs représentants. "Etant donné l'accueil qui nous a été fait par les forces de l'ordre, les manifestants ont appelé à revenir mardi pour bloquer la représentation qui aura lieu ici, et les jours suivants", a précisé un représentant de la Coordination des Intermittents et Précaires (CIP). Cette menace a été lancée alors que des négociations considérées comme décisives pour l'avenir du régime des intermittents se tiennent au ministère du Travail.

Le théâtre faisait relâche lundi et la direction de l'établissement avait indiqué plus tôt dans la journée que Phèdre(s), avec Isabelle Huppert, actuellement à l'affiche, était "programmée normalement mardi".

"Les manifestants se sont avancés, la réplique a été la violence". Les manifestants avaient prévu de se joindre aux quelques dizaines d'intermittents qui occupent l'Odéon depuis dimanche soir, et d'y tenir leur assemblée générale mais un cordon de CRS bloquait l'entrée du théâtre. L'assemblée générale s'est donc tenue sur la place, face à l'édifice. "Lors de l'assemblée générale, on a refait une demande pour pouvoir rentrer dans le théâtre", a précisé le représentant des intermittents. "Les manifestants se sont avancés pour rentrer dans le théâtre, la réplique a été la violence", a-t-il affirmé. "Mais les manifestants sont toujours là, nous on occupe toujours le théâtre". Au ministère du Travail se déroule, sans doute jusque tard dans la soirée, la négociation interne à la profession, en vue d'un accord qui doit être transmis à l'Unedic avant jeudi.