Les Gérard prêts à allumer la télé

  • A
  • A
Les Gérard prêts à allumer la télé
Partagez sur :

Ce lundi a lieu la 4e cérémonie des "Gérard de la télévision", qui récompensent le meilleur du pire...

Attention, humour potache ! Pour la 3ème année consécutive, les Gérard de la télévision récompensent ce lundi le meilleur du pire du paysage audiovisuel français. Comme d'habitude, les trois créateurs de l'événement, Arnaud Demanche, Stéphane Rose et Frédéric Royer, ont rivalisé d'originalité pour le choix des catégories primées pendant cette cérémonie diffusée sur Paris Première à partir de 23h30.

"Gérard de l’animateur à qui plus personne ne veut faire la bise parce qu’à force de lécher le cul de ses invités, il a une haleine de tout à l’égout", "Gérard du gros has been qu’on a récupéré dans les poubelles du PAF pour lui donner une dernière chance et bizarrement, c’est toujours aussi ringard", ou encore "Gérard de l'animateur tête à claque" font partie des différents prix qui seront remis ce soir.

Avec comme récompense un parpaing couleur or, les personnalités nommées pour un des prix font évidemment rarement le déplacement. Toutefois, quelques VIP ont accepté de se rendre ce soir au théâtre Michel à Paris, pour assister à la cérémonie. Selon Paris Première, Yassine Belattar, patrick Sébastien, Frédéric Beigbeder, Pierre Mathieu, Valérie Damidot, Alessandra Sublet et Gérard Holtz ont confirmé leur présence.

Alessandra Sublet et Patrick Sébastien sont tous les deux nommés dans la catégorie du "Gérard de l'animateur qu'on confond toujours avec un autre animateur". La première est nommée en même temps que Virginie Guilhaume, et le second que Patrick Sabatier. La plus "gâtée" des personnalités est Arielle Dombasle, qui, chaque année, obtient son prix dans la catégorie spéciale, celle du "Gérard de la réalisatrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari". L'actrice et chanteuse n'est jamais venue chercher son parpaing.

Les créateurs des Gérard de la télévision sont aussi ceux qui ont créé les Gérard du cinéma, un an plus tôt. Un concept tout droit inspiré des "Razzie Awards", aux Etats-Unis, qui récompensent depuis 1980 le pire du cinéma.

> Le site des Gérard