Les Bouddhas du Shandong pour la 1ère fois en France

  • A
  • A
Les Bouddhas du Shandong pour la 1ère fois en France
Partagez sur :

Le musée Cernuschi, accueille à partir du 18 septembre, ces extraordinaires vestiges de la Chine du VIe siècle.

C'est l'une des expositions phares de la rentrée. Inconnus du grand public, les Bouddhas du Shandong, découverts en 1996 dans la ville chinoise de Qingzhou, au sud de Beijing, sont présentés pour la première fois en France, dans l'un des plus anciens musées de la capitale, le musée Cernuschi. Plusieurs centaines de fragments de statues reposaient dans une fosse de soixante mètres carrés. Soigneusement rassemblés, ils ont subi un délicat travail de restauration qui a permis d'en reconstituer un nombre important.

Par leur taille (la plus haute mesure trois mètres), le raffinement de leur traitement, leur état exceptionnel de conservation et les restes de leur polychromie, ces représentations incarnent l'apogée de la statuaire bouddhique en Chine. Des stèles en haut relief présentent le Bouddha (L’Eveillé) entouré de deux Bodhisattva18 (Etres promis à l’éveil). Stylistiquement, elles sont caractéristiques de la fin des Wei du Nord (386-534) et de la période des Wei de l’Est (534-550). D'autres statues, au visage intériorisé et au vêtement caractérisé par un subtil drapé moulant le corps, sont l’oeuvre des ateliers des Qi du Nord (550-577).

Les chroniques anciennes et l’archéologie attestent d’une tradition d’enfouissement des sculptures bouddhiques dans la province du Shandong. Les moines enterraient les oeuvres en mauvais état pour ne pas les détruire car elles restaient sacrées. Celles retrouvées sous le site de l'ancien temple de Longxingsi sont toutes en pierre. Leur relatif bon état, les visages en particulier, atteste qu'elles n'ont pas été vandalisées. Elles portent en revanche des traces d’incendie ou de réparations à l’aide de "griffes" en métal.

Les Bouddhas du Shandong
Musée Cernuschi, Paris 8e, (Du 18 septembre 2009 au 3 janvier 2010)