Le terroriste Carlos traîne Canal+ en justice

  • A
  • A
Le terroriste Carlos traîne Canal+ en justice
Partagez sur :

Le film en trois parties qu'a consacré la chaîne au terroriste vénézuélien ne sera peut-être pas diffusé. Depuis sa prison de Poissy, Carlos a demandé l'interdiction de l'œuvre.

Le 13 janvier prochain, les avocats du terroriste Carlos affronteront ceux de Canal+ et de la société de production Films en stock à la barre du Tribunal de Grande Instance de Nanterre. L'objet du scandale, "Le prix du Chacal", un film sur la vie de Carlos réalisé par Olivier Assayas pour Canal+. Sa diffusion était prévue pour le début de l'année 2010 mais la chaîne n'aurait pas encore arrêté de date.

En évoquant des détails de la vie de Carlos et son implication dans des attentats pour lesquels il n'a pas encore été jugé, ce film constitue une atteinte aux "droits de la personnalité et à la présomption d'innocence", explique l'avocate du terroriste. L'assignation en référé mentionne notamment une phrase glanée dans le dossier de presse diffusé par la chaîne : "Il s'installe à Khartoum dans une vie d'errance, d'alcool et de presse". Mais le son de cloche est différent du côté de la chaîne cryptée, elle parle "d'ingérence" dans le processus de création d’une œuvre qu'elle qualifie de "fiction" inspirée de faits réels.

Isabelle Coutant-Peyre déplore également que son client n'ait pas été contacté pour la réalisation de ce film biographique, alors "qu'il est vivant et pas très difficile à trouver". N'hésitant pas à parler de "tentative de racket de l'opinion publique", l'avocate demande qu'une copie soit remise à son client et qu'une interdiction de diffusion de trois mois, à compter de cette remise, soit prononcée par le tribunal.

Une hypothèse qui n'enchante ni Canal+ ni la société de production du film. Selon Richard Malka, l'avocat de Film en Stock cité par LeMonde.fr, le montage de l'œuvre n'est pas terminé et il n'existerait aucune copie standard du film. Plus remonté encore, le producteur, Daniel Leconte, estime que l'entourage de Carlos veut "charcuter le film avant sa diffusion, histoire d'en faire un monument à sa gloire". "Au lieu de se préoccuper de sa vie privée, il aurait mieux fait de préserver, auparavant, la vie tout court !", déclare-t-il sur 20Minutes.fr.

Ilich Ramirez Sanchez, plus connu sous les noms de Carlos ou le Chacal, avait été capturé en 1994 au Soudan puis condamné en 1997 à perpétuité pour le meurtre de deux policiers du contre espionnage français et d'un indicateur en 1975. En octobre 2008, la cour d'appel de Paris avait confirmé le renvoi de Carlos devant la cour d'assises spéciale pour une série d'attentats commis en France en 1982 et 1983.

Le futur du "Prix du Chacal" se jouera à le 13 janvier à 10H30 à l'audience des référés du tribunal de Nanterre.