Le mythe BB s'expose pour la première fois

  • A
  • A
Le mythe BB s'expose pour la première fois
Partagez sur :

Brigitte Bardot, qui fête ses 75 ans lundi, est l’objet d’une rétrospective, à Boulogne-Billancourt.

Il aura fallu attendre ses 75 ans pour que Brigitte Bardot, sex-symbol qui dynamita la société française de l'après-guerre, fasse l'objet d'une exposition organisée à Boulogne-Billancourt, ville des anciens studios de cinéma.

L'événement passe en revue les "années insouciantes" de BB au cinéma mais aussi ses audaces, comme d'avoir pris la liberté de tourner le dos au 7e art à 39 ans.

Sur les 900 m2 de l'Espace Landowski, le mythe Bardot est ainsi décortiqué. 17 films font découvrir aux visiteurs la vie tumultueuse de l'actrice et de ses "scandales" qui ont contribué à la libération de la femme et des moeurs.

Avec cette exposition, Brigitte Bardot ne boude pas son plaisir. Elle, qui a refusé pour l'occasion d'être photographiée ou filmée, aborde sans nostalgie mais avec fierté cet événement monté par le journaliste Henry-Jean Servat, ami intime de la star et commissaire général de l'exposition."J'ai connu ces temps derniers, une longue traversée du désert pendant laquelle j'ai été boycottée et maltraitée. S'il y a donc, aujourd'hui, une autre façon de me considérer, tant mieux !", lui a-t-elle confié dansune interview à Paris-Match.

"On ne découvre pas seulement Bardot : on découvre aussi une époque, celle de la France des années 50, du président René Coty et de la soupe aux choux. On comprend d'autant mieux pourquoi BB a changé les codes de la morale", explique Henry-Jean Servat.

Plus de 1.000 photos, affiches, extraits de films et de documentaires, et objets personnels dont sa célèbre robe de mariée en Vichy rose et son Harley-Davidson à ses initiales, sont présentés pour la première fois grâce à une mobilisation d'envergure des studios de films, de la Cinémathèque Française, des agences photographiques, etc...

Sur le thème de "Babette s'en va-t-en guerre", le combat de la star pour la cause animale avec des images de torture et de maltraitance, clôt l'exposition. Brigitte Bardot l'a voulu ainsi. Sa seule exigence.

> Brigitte Bardot a toujours la cote